« Tronçonator » n’a pas la main verte

Nous avons pu remarquer depuis 4 ans et demi que nos édiles n’aimaient pas les arbres.

Dès leur arrivée aux commandes, des placettes ombragées se sont vues transformées en parkings bétonnés, Farinette est devenue un ersatz de riviera piquetée de palmiers déplumés et rachitiques. Et notre grand parking des écoles, massacré à la tronçonneuse en pleine nidification des oiseaux, s’est vu attribuer des micocouliers minuscules.

Ces arbres du parking, on aurait pu imaginer qu’on allait les chouchouter, eh bien non ! Ces derniers jours, ils avaient la feuille triste et pendante.

On pouvait voir certains matins des employés municipaux,  acharnés à tirer avec peine de grands tuyaux jaunes pour arroser la base de chacun d’eux.

Le citoyen lambda s’en est ému et s’est demandé s’il n’avait pas été prévu un arrosage automatique.  Si ! c’était prévu mais ça n’a pas été branché ! Des arbres destinés à ombrager un parking qui restera pendant encore quelques étés sous l’ardeur d’un véritable « cagnard » ? Une grande perte de temps pour des employés qui ont sans doute autre chose à faire ? Ça, c’est de la bonne gestion !

Heureusement, le ciel a eu pitié de nos arbres et envoyé une bonne ondée pour pallier l’incurie municipale mais jusqu’à la prochaine pluie qui va prendre soin d’eux ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à « Tronçonator » n’a pas la main verte

  1. lo cigal publicitaire dit :

    Notre municipalité adore les slogans : ils font partie de la communication et le plus souvent, ils évitent de faire de l’information, c’est-à-dire de dire la vérité et d’être transparents aux yeux et oreilles des citoyens viassois.
    Lo cigal aime bien celui qui est devenu quasiment un refrain qui nous scie les oreilles : « ça, c’est fait ».
    Alors, comme lo cigal aime bien aider les gens, il a fait marcher ses petites méninges ( ce n’est qu’un insecte) et il vous propose un échantillonnage de slogans utilisables sans modération, avec chaque fois le secteur concerné.
    Le parking des écoles : « ça, c’est PRESQUE fini », manque l’arrosage automatique.
    Le boulevard Gambetta : « ça, c’est ENFIN fini », après le début des travaux en 2016 !
    Farinette : « ça, c’est VRAIMENT pas fini », peut-être en 2002 …
    La halle des Sports : « ça, c’est PAS ENCORE fini »
    Les promoteurs privés : « ça, c’est JAMAIS fini ».
    La dette publique : « ça, c’est PAS DU TOUT fini », multipliée par 4 depuis 2014.
    A vous de continuer dans ce sens.

  2. Pangloss dit :

    Pangloss, disait, à la fin de « Candide » , « cultivons notre jardin ». C’est un conseil qui devrait être suivi par la municipalité de Vias. Trois semaines après la parution de cet article, les pauvres arbres du parking des écoles hurlent leur soif de toutes leurs feuilles. Nous espérons qu’une bonne âme aura pitié d’eux et branchera, enfin, l’arrosage qui est prévu à leurs pieds!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.