A QUI DE CHOISIR ?

Vous les avez forcément vues, et vous risquez de les voir de plus en plus. Je veux parler de ces engins de levage, vulgairement appelées « grues ». Signe évident de bonne santé dans le bâtiment, et comme on dit : «quand le bâtiment va, tout va».

Oui, sauf que là, ça va … rudement vite. On ne parle pas ici des travaux entrepris par la municipalité pour le bien public : salle des sports, avenue de la mer, Halle de Vias. Là, elle oeuvre pour le bien de tous. Nous parlons ici des terrains ou des bâtis cédés, sans grand bénéfice, à des bétonneurs qui vont multiplier les logements sur Vias.

Que ce soit l’ancienne station-service Douzal, la poste, le Régency (où la tour de 17m de haut initialement prévue semble déjà avoir du plomb dans l’aile), les tennis et j’en passe, Vias va, sous peu, voir se multiplier nombre de logements (on parle de près de 150 ou plus ?), qui, multipliés par 3 ou 4 personnes minimum vont venir agrandir la population viassoise.

Notre village est-il prêt à accueillir ces centaines de personnes supplémentaires. Et sur quels critères ces futurs nouveaux viassois seront-ils choisis ? Certains avancent déjà, mais sans certitude,  que Vias permettrait ainsi à Agde de vider le quartier de la Glacière..

A-t-on consulté les Viassois pour savoir s’ils étaient d’accord pour voir leur « encore petit village » se transformer en mini-cité de banlieue ?

Avons-nous envie de voir notre village se transformer de manière aussi radicale ?

La municipalité pleine d’entrain aurait pu s’interroger, ou mieux – en cette période de réflexion sur la participation du peuple à la vie politique – NOUS interroger sur notre enchantement à subir les nuisances d’une telle croissance de la population.

Et cela dans quel but ? Certes, la vente des dernières « pépites » du village rapportera quelques sous à un budget municipal déjà sous respiration artificielle, mais ce maigre « pactole » gagné sur les ventes, ne compensera jamais le coût des infrastructures nécessaires à l’accueil d’une telle population (voirie, école, cantine, eau, électricité …)

Nous y serons encore de perte, mais ça se verra plus tard …

Et à ce propos, n’avez-vous pas l’impression qu’on est en train de nous rejouer en version locale le grand fiasco des autoroutes ? (Vous savez, les autoroutes payées avec nos impôts et vendues au privé qui maintenant continue à faire nos poches – et en raclant bien le fond – juste histoire de gaver Vinci, Eiffage et la SANEF et leur flopée d’actionnaires ?)

Bref, avec cette profusion de locaux, les seuls gagnants seront, encore une fois, les entreprises privées qui bâtissent et celles qui gèreront les locations. Le Viassois n’y trouvera jamais son compte, et subira seul les inconvénients de la surpopulation. On dit merci qui ?

13/1/2019

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à A QUI DE CHOISIR ?

  1. mkb dit :

    Soulignons également qu’un tel accroissement de population, n’est pas suivi de l’augmentation des capacités d’accueil des services publics : écoles, crèche (bien que transférer au privé), cantine, centre aéré…
    les actuels viassois ont déjà du mal à inscrire leurs enfants à ces services, nos enfants sont entassés dans des écoles à rénover d’urgence…

  2. Foltaire dit :

    L’étalement urbain avec des banlieues tentaculaires apparaît actuellement comme un non-sens ( destruction des terres agricoles, usage nécessaire de la voiture pour la mobilité…).
    Les urbanistes préconisent maintenant la redensification des cœurs de ville par des constructions novatrices.
    A Vias cette redensification au coup par coup du centre du village ne correspond pas à un plan d’ensemble raisonné ; aucune cohérence apparente et à terme une perte d’identité certaine… Sans oublier tous les autres problèmes !

  3. Le Beffroi dit :

    Pour la Municipalité en poste le souci n’est nullement le bien vivre des Viassois, ni la cohérence de l’urbanisation de notre village.
    La construction de nouveaux logements apporte un plus financier en un premier temps par le biais des Taxes d’aménagement, entre 200 et 350 euros le m² selon l’aménageur.

  4. Pangloss dit :

    Bétonnons, bétonnons ! Bientôt il n’y aura plus un centimètre de plage, de champ, de vigne! Pas grave, les INVESTISSEURS auront envahi le village. Pas sûr que les habitants y trouvent leur bonheur mais est-ce bien important?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.