La République et le Goupillon s’enlacent ou s’écharpent ?

Amis viassois, français, républicains de tous les pays, hérissez-vous ! Non, il ne s’agit pas d’un cri d’alarme indigné, juste un questionnement sur notre société et les manœuvres de ceux qui nous gouvernent.

En ces temps de crise sociale, on note un rapprochement à peine masqué entre la république ou ceux qui la représentent, et la religion.

C’est tellement vrai qu’à l’échelon national, il semblerait qu’une modification des lois de 1905 et 1901 soit dans les tuyaux. Et, vue l’agitation qu’elle provoque chez nos évêques, imams et pasteurs, l’accouchement risque d’être difficile et douloureux. (Macron toi aussi, tu enfanteras dans la douleur …)

Si on regarde juste à l’intérieur de nos remparts, n’est-il pas surprenant de voir un maire inviter son écharpe (autrement dit sa fonction) à l’église ? Y trimbaler de la même façon les jeunes élus du Conseil Municipal des Jeunes ? Provoquant à l’occasion une scission entre les plus ou moins catholiques qui ont suivi notre édile, et les autres qui sont restés sur le parvis, par un temps à ne pas mettre un infidèle dehors. Ça c’est de l’intégration divine !

Le summum sera atteint ici encore, à Vias où, les débats voulus par notre gouvernement autour des valeurs de notre république laïque se sont déroulés … au presbytère !

Etonnant non ? Inquiétant, assurément.

Noël approchant gageons que nous allons voir fleurir des crèches aux tréfonds de nos mairies, avec la timide réprobation de nos préfets qui s’appliquent, dans ce contexte, à ne pas faire de vagues. La peur sans doute de n’être pas capables de séparer les flots, pas plus que de marcher dessus … A défaut d’imiter Moïse, contente toi de Ponce Pilate !

Car il faut quand même rappeler que la fameuse loi de 1905 déclare que : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte »

Notre maire n’a pourtant pas hésité à dégager du budget « école » de la commune, la somme de 2000€ pour l’école « Notre Dame » d’Agde. (Bah, sans doute parce qu’ils le valent bien …)

Mais curieusement, les autres religions ne sont pas invitées à se pousser ainsi du col. Si nos élus – notons-le sans parti pris, plutôt de droite ou d’extrême droite – permettent ou initient ces écarts à la loi, les autres religions, quant à elles, sont priées de rester sagement dans le rang et de réserver leurs prêches à la confidentialité de leurs mosquées, leurs temples ou leurs synagogues, et leurs coutumes festives à leurs fidèles respectifs.

La France, toujours fille aînée de l’Église ? S’il est vrai qu’elle fut, au Moyen Age, le bras armé de la Chrétienté , n’oublions pas que ce sont nos braves républicains de la IIIe qui se sont appliqués à donner sa place à chacun. Mais rappelons surtout que, tout au long de son histoire, la France fut une terre d’accueil, plus souvent que d’expulsion, de peuples en quête de liberté. Du moins, jusqu’à une actualité récente.

Ne laissons donc pas la religion devenir une arme de division massive, unissons-nous, réunissons-nous autour de ce qui nous rapproche, ne cachons pas nos différences, mais ne les faisons pas ingurgiter aux autres tel un mauvais maïs de gavage pour les oies de Noël.

Si le peuple est en crise de foi, il serait bon que nos dirigeants apaisent nos maux en prônant une égalité des cultes, raffermie par un respect sans faille de la loi 1905, qui rappelle que nous sommes une démocratie, fondée depuis plus d’un siècle sur les bases d’une laïcité ouverte … à tous ceux qui souhaitent vivre en paix, dans un respect mutuel et sont partisans de laisser leurs croyances accrochées au mur de leur maison. Allez en paix …

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à La République et le Goupillon s’enlacent ou s’écharpent ?

  1. gegevias dit :

    Excellent article qui arrive au bon moment. Chacun réagira à sa façon suivant sa croyance. Peuples du monde unissons nous dans le but de tous vivre en paix et les manipulateurs resteront sur le carreau sans aucun regard.

  2. Le Petit Père COMBES dit :

    A VIAS avec notre Jeune et dynamique Maire à la tête des élus municipaux les choses vont très, très vite!
    En effet la lecture du MIDI-LIBRE, daté du 30 novembre, nous apprend que « l’inauguration de la crèche traditionnelle sous les halles aura lieu… »
    Et oui, à VIAS la 2ème année consécutive d’une animation en fa.
    it un évènement traditionnel.
    Cela ne pourrait-être qu’une anecdote, mais il n’en est rien.
    Cette mention est destinée à justifier devant de la loi d’une crèche de NOËL sur un lieu public, qui dans la tradition deviendrait légale, mais sans tradition devient illégale au regard de la Loi de séparation de l’Eglise et de L’Etat.
    Pourquoi cette obstination à vouloir une crèche de NOËL sous les Halles? Une crèche sans âmes sans recherche artistique, pourquoi?
    ET nouvelle confusion c’est à l’Eglise Saint Jean Baptiste que « le 24 décembre le Père Noël fera une arrivée insolite ».

    Monsieur le Maire serait-il possible que vous mettiez un terme à vos incessants va et vient entre la Religion et de la République?

  3. Scipion Marius dit :

    Contrairement à ce que cet article veut faire croire il est de notoriété publique que la modification projetée de la loi de 1905 par le pouvoir actuel, et qui était déjà envisagée sous la présidence Hollande, a uniquement pour but d’adapter (sic) cette loi sur la laïcité à l’Islam.
    Pourtant, c’est aux religions de s’adapter à la laïcité et pas le contraire !
    Au demeurant, il est par ailleurs avéré que l’Eglise Catholique, depuis de nombreuses décennies, a accepté la suppression du Concordat, ne remet nullement en cause, depuis longtemps, le maintien de la séparation de l’Etat et des Églises, et ne demande aucune modification la loi de 1905.

    S’agissant de l’assertion de cet article selon laquelle « les autres religions sont priées (par les autorités) de rester sagement dans le rang et de réserver leurs prêches à la confidentialité de leurs mosquées, leurs temples et leurs synagogues et leurs coutumes festives à leurs fidèles respectifs », elle manifeste une telle négation du réel qu’elle en est ridicule et prêterait à rire si le sujet n’était pas aussi grave.
    Pour preuve, les multiples occupations massives de rue pour la prière par des fidèles musulmans, notamment et pas seulement à Paris 18ème (rue Myrrha…), en Seine Saint Denis et Hauts de Seine.
    Occupations abusives et illicites de l’espace public tolérées par les autorités.

    Pourquoi ne pas évoquer la kyrielle de maires qui chaque année, de droite et de « gauche », se font un devoir de participer officiellement és qualité, aux cérémonies du Ramadan (repas de rupture du jeûne) avec les imams et fidèles du lieu dans les locaux coraniques. Bel exemple de laïcité, où le catholicisme n’a aucune part…
    Mieux, ou plutôt pire, la municipalité parisienne, depuis la mandature Delanoë, et maintenant avec celle d’Hidalgo, tient chaque année dans l’Hôtel de Ville de Paris, une soirée festive avec un excellent buffet et des centaines d’invités pour célébrer la fin du Ramadan, ce qui à chaque fois d’ailleurs coûte plusieurs dizaines de milliers d’euros aux finances locales.
    Jusqu’ici, et c’est heureux, encore aucune festivité de ce genre organisée à ses frais, par la mairie de Paris à l’occasion du Carême…

    En ce qui concerne les crèches, cet article fait état « de la timide réprobation des préfets », alors que l’autorité préfectorale tient bien la main en la matière en prenant aussitôt dans tous les cas les arrêtés d’interdiction qui s’imposent.
    La circonstance qu’ensuite, saisie par les maires contrevenants, la juridiction administrative, autorise en définitive quelquefois, mais rarement, des crèches pour des motifs tenant selon elle à « la nature culturelle et non pas cultuelle » de certaines d’entre elles, n’enlève rien à la diligence manifestée par les préfets pour s’opposer aux crèches dans les mairies.
    Certes la motivation avancée alors par les tribunaux administratifs mérite d’etre débattue, mais c’est une autre question qui ne met pas en cause l’autorité préfectorale, et là aussi cet article dit le contraire de la réalité.

    Enfin, pour cette IIIeme République, qui, en substance selon cet article, aurait été si exemplaire et si rigoureuse en matière de laïcité, force est de constater qu’elle a été au contraire bien accommodante en acceptant en 1919 le maintien du Concordat en Alsace-Moselle, situation scandaleuse au possible en regard de la laïcité – et par rapport à l’unicité de la Nation – qui dure toujours un siecle après. Par ailleurs, le département de la Guyane connaît lui aussi, en vertu d’autres textes, de sérieuses entorses au principe de laïcité.
    Et pour les Républiques suivantes, on pourrait évoquer la situation dans le département de Mayotte, remarquable à l’égard d’une religion, avec notamment des cadis (juges en droit musulman) qui rendent officiellement la justice en certaines matières selon leurs propres règles, en concurrence avec les juridictions habituelles de droit français.

    Il est tout à fait justifié et nécessaire de relever et de s’opposer aux comportements et agissements de la municipalité de Vias qui contreviennent à la laïcité.
    Mais le faire comme cet article avec des œillères et des « arguments » inexacts, infondés et des plus tendancieux de bouffe-curés n’est pas acceptable et ne peut pas être accepté !
    De surcroît, un exposé aussi biaisé n’est pas crédible et ne peut que desservir la cause qu’il croit défendre.

    • NDLR dit :

      Amis contestataires bonsoir ! Merci à tous de commenter nos articles et les critiquer lorsqu’ils ne correspondent pas à votre sens des réalités. Car les réalités finissent toujours par avoir plusieurs sens. Par contre, la mise en question de notre information (lorsqu’il s’agit d’information, et non d’opinion) est plus difficile à digérer, surtout lorsque la longueur du commentaire le dispute à celle de l’article lui-même.
      Nous n’avons jamais dit que le projet de modification de la loi 1905 n’avait d’autre but que de tenir compte de l’émergence de nouvelles religions. Il n’en empêche pas moins, que les moyens discutés pour notamment mieux « contrôler la circulation de l’argent » inquiète l’église, privée (normalement) de dotation d’état.
      Pour le reste, il s’agit beaucoup plus d’opinion que d’information. L’église catholique reste omniprésente à travers notre vie, dans les détails les plus infimes. Cela tient bien entendu à notre histoire et cela ne nous pose pas de problème existentiel par ailleurs, car nous vivons avec, sans y prêter nécessairement une attention particulière.
      Il n’en reste pas moins qu’à la voir ainsi s’afficher dans notre quotidien, il reste bien difficile aux autres religions de rivaliser. Normal, ou pas, à vous de choisir, mais indéniable.
      Pour ce qui est de la politique « parisienne » accordons à notre défenseur des justes causes la foi de ses dires. Nous n’irons pas contrôler. Mais nous ne verrions aucun inconvénient à ce que les élus fréquentent églises et mosquées, temples et même pyramides s’ils le souhaitent, pourvu qu’ils le fassent en tant que personne, et non en tant qu’élu. (= écharpe au vestiaire)
      Quant à la diligence des préfets, le propos était motivé par la dernière réponse du nôtre (on reste sur la région) par rapport aux plaintes émanant de diverses associations laïques. (Compte-rendu tenu à disposition des curieux ou des étourdis).
      Pour ce qui est de la IIIe république, nous avons voulu simplement rappeler qu’elle a eu le mérite de trancher une situation qui perdurait depuis Napoléon Ier, et si les malheureuses (oh, quoi que …) régions dites « concordataires » ont échappé à cette loi c’est tout simplement parce qu’à cette époque elles étaient sous souveraineté allemande, chose qu’on peut difficilement reprocher à qui que ce soit.

      L’article peut avoir déplu, nous déplorons qu’il ait été jugé anticlérical (voire anticlérical primaire semblerait-il) car ce n’était point l’objectif ce qui est bien exprimé dans les deux derniers paragraphes. Par contre, nous maintenons que nos informations étaient fondées et exactes. Pour le reste, toutes les opinions sont les bienvenues sur notre site, tant qu’elles restent défendues avec un brin de raison et beaucoup de courtoisie.

  4. Joseph, "celui qui ne dit mot" dit :

    Les deux précédents commentaires nous démontrent tous les deux combien il est dangereux pour une collectivité de ne pas dissocier la religion des affaires civiles.
    Nous avons la chance de vivre dans un pays ou la constitution n’a aucune référence avec aucune religion.
    Il est important que cela demeure…
    Pourquoi accepter que Monsieur le Maire officie en l’Eglise de Vias?
    Une crèche à la Halle?
    Vu la nullité de l’embryon de crèche l’an dernier, ce n’est pas souhaitable et cela ne peut-être au nom d’une tradition.

  5. Pangloss dit :

    C’est vrai qu’on ne peut pas parler de tradition pour la crèche ( au demeurant affreuse l’an dernier) qui est apparue soudain sous notre Halle l’an dernier. Combien d’années faut-il pour qu’on puisse parler de tradition?
    Je reviens sur l’épisode de la messe du 11 novembre. Ce jour-là, en voyant la scission entre les jeunes du CMJ, les uns dans l’église avec leur écharpe, les autres attendant dehors, je me suis demandé qu’elle aurait été la réaction si certains de ces enfants étaient allés à la mosquée avec leur écharpe? Je pose juste la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.