Plaidoirie pour le service public

Madame la Présidente du tribunal,

Mesdames et Messieurs,

Vous avez à juger en cette session de l’abandon par la majorité municipale des services publics qu’elle devrait gérer pour le bien collectif de leurs administrés.

Qui sommes-nous ?

Nous sommes les habitants de Vias, ces personnes qui vivent dans un ensemble structuré, ces personnes qui ont des besoins individuels, collectifs et généraux.

Que sont ces besoins ?

Laissons de côté les besoins individuels qui dépendent des individus : nous avons besoin de nous nourrir, de nous abriter, de nous soigner.

Les besoins dits collectifs sont ceux en relation avec des groupes de personnes comme par exemple les habitants d’une rue qui ont besoin d’avoir accès à leur domicile en toute tranquillité et dans de bonnes conditions ; il faut donc que la rue soit goudronnée, qu’il y ait des trottoirs et des écoulements pour l’eau de pluie ; que cette rue soit équipée des réseaux d’eau potable, d’eaux usées et d’électricité en bon état. Tout cela correspond bien à un besoin collectif que doit prendre en charge la mairie de la commune dans les meilleures conditions possibles en termes de coût, d’hygiène, de sécurité. Et certaines voies communales comme les boulevards (exemple le boulevard Gambetta pas encore fini et le boulevard de la Liberté bien terminé) font partie des besoins généraux : la circulation y est intense et tous les habitants sont concernés et même les personnes de passage.

Nous pouvons continuer avec les besoins liés à l’intérêt général ; ce sont ceux qui concernent toute la population dans son ensemble. Madame la Présidente, vous savez bien que nous avons des besoins de sécurité publique, d’eau potable, d’hygiène qui sont des besoins vitaux mais aussi des besoins d’esthétique, des besoins de services sociaux, des besoins culturels et sportifs.

Chacun est conscient que la Mairie ne peut pas tout faire mais elle dispose d’employés communaux qui ont en charge ces services publics. Certains s’occupent de l’eau et de l’assainissement, ce sont les fontainiers toujours disponibles car ils habitent dans le village et connaissent par cœur le réseau des tuyaux d’eau. Le personnel communal d’astreinte est disponible sur simple appel et il intervient immédiatement pour résoudre le problème ; la moindre fuite d’eau est repérée et colmatée dans la journée. A ce propos, une petite anecdote, Mesdames et Messieurs  : récemment, un habitant de Vias appelle le gestionnaire privé de l’eau pour un problème de fuite ; la personne qui lui répond se trouve à Biarritz ! Comment voulez-vous que cette personne connaisse la structure du réseau du village ?

D’autres employées communales s’occupent d’un service social rendant d’énormes services à certaines familles : la crèche qui accueille les tout-petits jusqu’à 3 ans. Bien sûr ce n’est pas un besoin général : tous les habitants ne sont pas concernés mais c’est un besoin collectif que la Mairie se doit de proposer aux familles qui le nécessitent.

Nous pourrions comme cela, Madame la Présidente, lister les besoins collectifs et généraux satisfaits par des structures publiques communales. Ces quelques exemples suffisent à démontrer que le service public est un élément indispensable et structurant de la vie communale. Privatiser ces services publics entraîne obligatoirement une augmentation des tarifs aux particuliers (exemple de l’eau et de la crèche et du prix des repas à la cantine scolaire) et le service rendu n’est pas obligatoirement amélioré, peu s’en faut d’ailleurs. L’augmentation conséquente des tarifs s’explique (mais ne se justifie pas) par le besoin de la société privée de distribuer des dividendes à ses actionnaires.

La partie adverse, qui brille par son absence ainsi que celle de son avocat, aurait pu nous expliquer pourquoi la commune privatise à tout va. Quels arguments a-t-on entendus ?

Permettez-moi de me faire, pour quelques secondes, l’avocat du diable. Donner la gestion d’un service public à une société privée, cela permet d’avoir un meilleur service car les agents sont mieux formés et les horaires plus larges. C’est à peu près tout !

Tordons le cou à ces inepties. Mieux formés les agents du privé ? Il existe des centres nationaux de formation pour les personnels territoriaux (CNFPT, un par département), centres performants et gratuits.

Horaires plus larges et donc mieux adaptés aux besoins des familles ? Plutôt que d’embaucher 3 fois plus de policiers municipaux, la mairie aurait pu embaucher quelques personnes de plus pour la crèche … Peut-être trop simple ?

Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, nous avons beau chercher, explorer les recoins des discours, rien ne permet de justifier le passage au privé de nos services publics communaux. Rien ? ou plutôt pas grand-chose.

Nous avons fini par trouver une raison cachée : plus on privatise, moins on a de personnels communaux à gérer. Hé oui, c’est le seul argument, bien sûr non présentable, qui justifie ce passage au privé. Plus de privé, moins de problèmes de gestion de personnels, moins de syndicalistes, moins de conflits à gérer … la tranquillité pour les responsables du personnel. Un chèque à signer en fin d’année pour les délégataires de service public (Suez, Nicollin et autres), aucune récrimination des usagers pour la Mairie : « Voyez donc le gestionnaire privé ».

C’est pour cela que nous demandons au tribunal de décider l’interdiction de privatisation pour les services publics de la commune de Vias.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Plaidoirie pour le service public

  1. Le Beffroi dit :

    Encore un effort monsieur le Maire, les services publiques à VIAS: c’est bientôt fini.
    A VIAS c’est le royaume des palmiers d’altitude.

  2. Harrypouchous dit :

    Mais si les politiques privatisent les services publics, que gèreront-ils ? Les mariages ? Certains pourront toujours continuer de traficoter sur l’immobilier. A quoi bon voter pour un « gérant » sans réel pouvoir ? L’eau, l’électricité, les transports tout sera géré par le privé : privatisons la fonction de maire et la boucle sera bouclée ! Quelle société de M…. !

  3. Foltaire dit :

    L’eau, l’éclairage public, le nettoiement des rues, bientôt la crèche… à Vias des pans entiers du service public sont cédés au privé.
    Est-ce une fatalité ?
    Certainement pas. En prenant pour exemple l’eau, des villes comme Paris, Nice… ont retiré récemment au privé la gestion de l’eau et rétabli une régie municipale. Plus près de nous, Cazouls-les-Béziers a créé une régie communautaire.
    Le service public constitue un patrimoine répondant aux besoins de tous ; il assure ainsi la cohésion sociale…
    Aux prochaines élections municipales en 2020, ces questions seront à la base des débats.
    Quelle place l’humain occupe-t-il dans la cité ?
    Quelle société voulons-nous pour demain ?

  4. PAULIN dit :

    Je serai d’avis de privatiser la gestion de la Mairie !!!?

  5. Lulu Berlu dit :

    La privatisation devient une habitude des pouvoirs publics. Quand en 2005 le gouvernement Chirac abandonne les autoroutes à Eiffage, Vinci et autres, il nous prive d’une mane substancielle, qui au lieu de servir à payer nos hôpitaux, nos retraites ou nos aides diverses, servira à remplir les poches des sociétés citées plus haut, et éventuellement celles de leurs actionnaires.
    A Vias on privatise non pas ce qui fait rentrer de l’argent, mais ce qui éviterait d’en gaspiller. Ce qui finalement est un peu pareil.
    Une mention spéciale pour la crèche, heureusement que les écoles primaires et maternelles sont encore sous la direction de l’Etat, sinon adieu Jean Moulin et Les Coquelicots, vive les Ecoles Carrefour ou Eiffage …

  6. Le Beffroi dit :

    Il y a peu je regardais la vidéo réalisée par les services de la Mairie lors de la réception des élèves de CM2 .
    Jordan DARTIER, Maire de Vias y affirme sans aucune hésitation: « oui, pour être Maire il faut des compétences, notamment en gestion ».
    Non, Monsieur le Maire vous n’avez pas de compétences en gestion et vous le démontrez par vos décisions de confier à des entreprises toutes les gestions de la commune.
    A quand la gestion de notre splendide salle de spectacles par une entreprise privée?

  7. Harrypouchous dit :

    Hé ho ho ho ! Il a dit que les compétences « étaient nécessaires »… il a pas dit qu’il les avait forcément … Moi je dis qu’on a les politiques qu’on mérite ! Juste je n’avais pas l’impression qu’on avait été si méchants …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.