Le Beffroi

Voilà bientôt 1 siècle et demi que du haut de mon perchoir je veille, je surveille et j’observe les Viassoises et Viassois et la vie de notre commune.

J’y ai vu les situations les plus diverses la tristesse lorsque nos jeunes partaient pour un voyage au retour incertain (il y a 100 ans de cela);

J’ai connu l’euphorie de la vigne et du « gros rouge qui tâche », mais aussi le désarroi et la colère du phylloxéra et de la crise.

J’y ai entendu les bruits de bottes et les privations.

Les périodes de vaches maigres furent nombreuses.

Les « gavaches » descendaient de leurs montagnes pour venir faire « la saison” ; certains sont restés, beaucoup sont revenus plus tard, parfois leurs enfants voire leurs petits enfants ou arrière-petits-enfants ont fait le choix de s’installer dans notre village.

J’ai pu voir arriver des populations cherchant refuge pour motifs idéologiques ou économiques ; Espagnols, marocains ou autres ils apportaient à Vias les « bras » qui faisaient défaut ; Ils ont contribué à construire notre Village.

Dès le début des années 60, les rapatriés d’Afrique du Nord se sont établis dans notre village, ils y trouvaient alors la mer et un peu du soleil qu’ils avaient perdu.

J’ai vu aussi arriver, dès les années 50, les premiers estivants, ils venaient « du nord », du froid » à la recherche de notre soleil, de nos plages, de notre mer.

Tous ces gens-là n’ont pas toujours fait l’objet d’un accueil chaleureux de la population Viassoise, mais aujourd’hui ce sont eux les Viassois. De quelle origine qu’ils soient, quelle motivation que soit leur arrivée à Vias. Aujourd’hui ils sont le peuple de Vias, tous sans distinction d’idéologie ni de condition.

Du haut de mon perchoir je me réjouis de voir un tel patchwork à mes pieds.

Le comportement de nos édiles ne m’a pas toujours enthousiasmé, de nombreux Viassois partageaient alors cette opinion.

J’ai pu voir l’immobilisme total, le refus d’aller de l’avant, de toute évolution.

Y a succéder l’affairisme qui plaçait l’évolution de la commune entre quelques mains souvent avides et parfois cupides.

Vias a aussi connu des périodes d’avancées sociales, de paix et de mise en commun des richesses de la ville dont bénéficiaient alors les plus démunis.

Mais la gabegie, la pagaille, l’incohérence et l’amateurisme comme ces dernières années ; c’est pour moi une douloureuse découverte.

Du haut de mon perchoir, par-dessus les toits je vois et j’entends ;

Il y a une cinquantaine d’années, j’entendais le garde champêtre qui transmettait à la population les messages importants.

Il y eut ensuite le Bulletin municipal qui se faisait l’écho de la pensée de nos élus, traditionnellement une place y était laissée aux voix divergentes. L’opposition s’y exprimait.

Aujourd’hui pour m’informer j’ai dû évoluer et me mettre à l’ère numérique et apprendre à surfer sur les pages Face Book et les sites de la mairie et de l’agglo.

Mais, je lis aussi le Magazine Municipal, un agent de propagande exclusivement au service de nos élus de la majorité, essentiellement de leur chef tout puissant. Je n’y perçois aucune note discordante. Le droit à l’expression des oppositions y sont réduits à la portion congrue. Le minimum légal et avec une interprétation optimale et orienté des textes en vigueur.

En bref, à Vias l’abandon de la démocratie : ça c’est fait !

Je vois des chantiers ouverts sur l’ensemble du territoire de la commune et des affiches « propagandes » affirmant ça c’est fait ! et pourtant je ne vois pas beaucoup de chantiers terminés…

Mis à part l’aménagement du Parking des écoles conduit en un temps record pour recevoir l’élection de Miss Languedoc, ça c’est fait !

La destruction du mur de la Vigneronne, non programmé dans la campagne électorale et n’ayant fait l’objet d’aucune consultation populaire. Ça c’est fait !

L’arrachage des tilleuls de la place des arènes, laissant les bancs en plein soleil. Ça c’est fait !

L’arrachage des arbres en centre-ville des placettes rue des remparts et leur bétonnage : ça c’est fait !

La régression des actions sociales : ça c’est fait !

L’accès toujours plus onéreux, les rendant inaccessibles à certains, à la cantine scolaire et au centre de loisirs : ça c’est fait !

Mais les grands projets annoncés à grand renfort de communication et d’informations parfois erronées ça c’est pas fini !

Les halles rénovées, et tristement fermées par des grilles, attendent toujours, la pose des étals justifiant l’aménagement de réseaux secs et humides sous le carrelage en pierre de basalte : ça c’est pas fini !

Le Boulevard Gambetta, si souvent annoncé terminé, est encore en attente de son achèvement : ça c’est pas fini !

Les grands travaux à Vias Plage – vous remarquerez que depuis la  » montée en gamme » de notre tourisme on ne dit plus Farinette- Donc, l’aménagement de l’Avenue de la Méditerranée qui devait être menée tambour battant et terminé en 2019 lors de la présentation initiale à l’Ardaillon, A ce jour nous voyons l’objectif de l’aménagement de la portion entre le chemin des Rosses et l’Avenue de la Plage qui devrait être en avril 2018, une route de contournement ouest a été revêtue de bitume. Ça c’est pas fini !

L’aménagement de la Plage côte Ouest ça c’est pas fini !

Le renforcement de la sécurité par la pose de caméras de surveillance performantes et l’installation d’un centre de Surveillance, si souvent évoqué, fréquemment « vendu » mais jamais réalisé. ça c’est pas fait

Les finances de la commune semblent aussi bien gérées. Pas d’augmentation, des impôts locaux durant le mandat. Mais tout de même une pression fiscale sensiblement accrue sur les Viassois. : ça c’est fait !

Il est vrai que si toutefois les finances de la commune sont dégradées, je n’apprendrais rien aux Viassois en leur disant que c’est la faute de l’Ardaillon, aux dettes laissées par la municipalité précédente et à la diminution des dotations globales de l’Etat, mais assurément pas à l’augmentation des frais de fonctionnement et des charges de salaires ….

Par les toits et les fenêtres filtrent de nombreuses conversations confidentielles dont ici je ne saurais me faire l’écho. Je craindrais trop de m’exposer à des mesures de rétorsion et être ainsi la prochaine victime de projets farfelus.

Si je déplais, il peut-être décidé en haut lieu, dans le cadre d’un projet futuriste du centre-ville de Vias de mon remplacement par une Tour de Verre que l’on pourrait alors reliée, au-dessus des toits, par une passerelle, du même « métal », à l’Hôtel de Ville offrant ainsi aux touristes une image de Vias au siècle du futur…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le Beffroi

  1. Viassois d adoption dit :

    Il est vrai que lorsqu’on prend de l’altitude on voit mieux les choses( photos aériennes) et surtout on les distingue plus dans leurs anomalies (pour récolter des impôts…).
    On s’aperçoit alors de nombreuses tâches. Les travaux éparpillés, entamés et non terminés. Les espaces verts laissés à l’abandon et servant de décharges (canines….) dans certains coins du village, sans parler des choses non visibles par des vues aériennes mais dont les viassois se rendent compte dans leur vie quotidienne. Où tout cela va-t-il nous mener ? plus particulièrement au niveau des finances? surtout s’il venait à l’esprit de certains viassois d’aller ailleurs prendre l’air moins vicié !.

  2. Astérix dit :

    Le Beffroi est bien l’œil acéré, laïque et objectif qui pouvait nous rappeler longuement, justement mais sobrement les évolutions de notre village.
    Bien joué BEFFROI, continue ta vigie et ne relâche pas ton effort

  3. LOUIS FARDET dit :

    L’aménagement de la Plage côte Ouest ça c’est pas fini !
    Vous êtes trop généreux !!!! non seulement c’est pas fini mais c’est pire qu’avant malgré :
    – 2 décisions de justice qui avaient stoppé le projet,
    – 4,5 millions d’€ jetés à la mer,
    – la perte d’activité économique pour les campings frappés par le recul,
    – la destruction d’une dizaine d’emplois ce dont Vias se serait assurément bien passé,
    – la poursuite de la gabegie avec le recul du Petit Mousse.
    Sachant que le pire reste à venir puisque le camping Méditerranée plage sera sous l’eau au prochain coup de mer un peu sérieux, on mesure toute la qualité des décisions prises par le « Maître »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.