Je suis viassois, comme nous tous …

Né à Montpellier, ce n’est qu’au début des années 80 que j’ai posé mes valises à Vias pour prendre le poste de facteur et durant près de 30 ans j’ai sillonné les routes de Vias réalisant un peu moins de 10 fois le tour de la terre sans jamais quitter la commune ! Investi dans les associations locales (Rugby, Danse, Cyclotourisme, Tennis) ou à Agde (Athlétisme), Il n’était pas rare, à l’époque de prendre avec mon épouse, chacun une voiture pour accompagner au stade bon nombre de jeunes du village. Fervent défenseur du service public, j’ai toujours eu à cœur de servir les habitants, celles et ceux que j’aimais appeler les « usagers » sans me soucier de leur étiquette, leur appartenance ou leur identité, qu’ils soient viassois de souche, « importés » ou vacanciers. Ainsi, certains ont été, sont ou seront élus municipaux, chargés d’association ou simplement résidents ; certains font partie des trentenaires d’aujourd’hui et il est fort possible que je les ai vus naître et grandir au village…

En 2014, j’ai participé à la campagne des municipales pour saluer le bilan de l’équipe municipale précédente qui avait permis le désendettement de la commune, le début des aménagements urgents d’infrastructures (voirie, éclairage, réseaux, scolaires), la rénovation du parc automobile et des locaux communaux, l’accessibilité des personnes âgées ou à mobilité réduite, la sécurité (vidéo surveillance, ralentisseurs,..), la solidarité (logements sociaux, gestion égalitaire du personnel …), la programmation culturelle et le soutien au dynamisme associatif. En bref, améliorer le quotidien de toutes et de tous, de tous âges et de toutes cultures, sur tout le territoire de Vias, était l’objectif et la devise pouvait être « Mieux vivre ensemble ».

Depuis 2014, la nouvelle majorité a surpris dans son comportement et dans ses initiatives. Déjà pendant la campagne, nous avions reçu, dans nos boites aux lettres, des prospectus critiques et parfois faux sur la gestion de l’équipe municipale précédente. Son aversion contre la salle des spectacles en a fait un argument de campagne disproportionné alors que cette salle est devenue désormais, grâce à une programmation variée, un fleuron de la culture bien au-delà du département. Les artistes, le personnel et les utilisateurs, dont le Président de l’Agglo ne cessent de le répéter.

En trois ans et depuis les élections, l’équipe majoritaire qui, le jour de son investiture annonçait qu’elle « serait élue de tous, sans distinction et, ce, au service de l’intérêt général » semble ne pas se soucier qu’une commune est le plus petit  espace démocratique qui doit préserver l’intérêt de l’essentiel « l’être humain ». L’espace réservé aux groupes d’opposition se limite à une demi-page au dos du magazine municipal. Des projets pharaoniques nous sont promis et des études de projet qui nécessitent des emprunts, des pans du patrimoine Viassois sont ébranlés, des subventions d’association sont revues à la baisse, des agents municipaux sont déplacés brutalement de service alors qu’ils devaient être « protégés, respectés, mis à l’abri du changement de municipalité », les charges de personnel sont en augmentation…

Ces constatations faites peu de temps après les élections ont abouti à la création de Vias mon Village. Des personnes soucieuses de l’avenir de leur village se sont retrouvées et ont décidé, bénévolement, de tenter de fournir aux résident(e)s viassois(e)s un espace de communication et d’information. Bien sûr, l’association qui en est issue, n’est pas à la solde de l’équipe de la majorité municipale, bien sûr aussi les membres qui en font partie ne sont pas élus dans l’opposition mais chacun(e) peut librement y intervenir. Je revendique faire partie de cette association parce que je revendique le droit d’être inquiet pour ma commune et, pour les raisons évoquées dans le premier paragraphe de cette publication, je revendique le droit d’être viassois. Contrairement à ce qu’on peut lire ici ou là,  la plupart des membres de notre association sont, comme moi, natifs de Vias ou pas, y résident depuis de nombreuses années ; ce ne sont pas des « touristes », ils ne sont pas séniles et ne méritent en aucune manière d’être qualifiés vulgairement ou déconsidérés. Et quand bien même, ils ne rempliraient pas ces critères,  ils aiment leur village et tous ceux qui s’y arrêtent et ont sans doute une vision assez prévoyante de son avenir.

Comment ne pas être agacé par cette capacité à ne pas informer sur les coûts précis des projets structurants ? Comment ne pas s’étonner que ces projets reposent sur des images non contractuelles plutôt que sur des plans fiables ? Comment ne pas s’inquiéter sur les financements de ces projets sans engagement ferme des collectivités ?

Les publications de Vias mon Village ont traité de sujets qui ont touché la population et qui apportaient un complément d’informations. Ça a été le cas pour l’eau et l’assainissement dont la gestion nous a semblé être confiée prématurément à Suez, ce qui a eu les conséquences que nous connaissons et que nous continuons et continuerons à constater. D’autant que le gouvernement semblerait vouloir faire marche arrière en permettant aux communes de s’organiser elles-mêmes !!!

Ça a été le cas pour le cimetière, pourquoi vouloir déplacer un lieu de mémoire où reposent paisiblement des viassois ?

Ça a été le cas de la halle, où sa fermeture est encore contestable et surtout semble ne pas être possible.

Plus récemment, ça a été le cas pour le referendum où, si on pouvait se féliciter de voir enfin des travaux dans le boulevard Gambetta, on devait se poser la question de leur faisabilité.

C’est le cas pour tous les investissements énormes qui endetteront notre commune à long terme et qui auront forcément des répercutions sur les impôts de demain. Sans être expert et en bon gestionnaire de famille, on n’emprunte pas au-delà de sa capacité de remboursement et si on en prend le risque, c’est l’héritier qui devra assumer le remboursement et, en matière communale, c’est l’équipe municipale qui suit qui est concernée mais aussi l’ensemble des habitants. De la même manière, n’y a-t-il pas un risque à anticiper sur les aides publiques alors qu’on se plaint de leur baisse ?

Que faut-il retenir de tout ça ? De nos jours des moyens de communication existent et permettent de redonner la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas ou qu’on voudrait qu’ils se taisent. Vias mon Village n’est pas parfait, mais est sincère et, du haut de son inexpérience il tente de faire vivre la démocratie et partage la même passion, pour son village et je serai tenté de dire, pour son porte-monnaie !

Quand on parle de « passion », on voit, à travers publications, commentaires, échanges et autres déclarations, s’exprimer des personnes de tout bord qui sont remplies de passion et c’est bien. Mais il ne faut pas que ces passions débordent vers le fanatisme et vers la violence verbale ou autre. Ces débordements quels qu’ils soient sont condamnables et les insultes ou les mots malveillants sont une atteinte grave à la libre expression. Entretenir ces comportements, est tout aussi répréhensible, chacun doit donc veiller à contenir les plus passionnés d’entre nous.

Il faut aussi se satisfaire des espaces de communication et d’échanges pour redonner la vue à celles et ceux qui semblent atteints de cécité ou aveuglé(e)s par les paillettes éphémères qui ne tarderont pas à s’éteindre.

Soyons vigilants à ce que notre « maison commune » demeure au cœur du village et au service de ses habitant(e)s.

« Les peuples qui ne réfléchissent pas sur leur passé sont condamnés à le revivre …. » (George Santayana)

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Je suis viassois, comme nous tous …

  1. Farinette dit :

    J’ai découvert Vias, Farinette en un premier temps, en 2000.
    Le premier jour, c’était pourtant en novembre, la proximité de la nature, un littoral encore préservé, pas d’urbanisme outrancier, j’ai dit à ma compagne qui venait de me faire découvrir le lieu: c’est ici que nous prendrons notre retraite;;;;;;;
    Et depuis 2005 nous sommes Viassois avec passion et enthousiasme, mais aussi avec scepticisme pour notre avenir. Il semblerait que depuis 3ans et demie de mauvaises fées se soient penchées sur notre commune.
    La modernisation d’un village doit respecter l’âme du village et le choix des villageois, il ne doit pas être l’émanation de quelques uns trop souvent à la recherche de gains personnels.

  2. Viassois d adoption dit :

    Oui , il y a eu le temps du « c’était avant. Moi aussi je suis arrivé en 1999 charmé par un village authentique. Je me suis adapté très facilement aux diverses contraintes dues à mon appellation d' »estranger » . Certains villageois ne me faisaient pas trop ressentir leur animosité car ils avaient besoin de moi professionnellement: l’intérêt personnel et financier primait pour eux.
    Puis arriva la modernité. Tout en douceur pour respecter la vie des habitants ainsi que leurs finances.Soudainement tout se détraqua et arriva la période des cyclones. Nous avons actuellement le notre sur VIAS. Et il dure! L’authenticité n’existe ou n’existera plus face à la modernité de l’aménagement de certains lieux avec leurs coûts. Je ne suis pas un nostalgique mais je préfère m’installer sur un banc à l’abri du soleil plutôt que sous ses rayons néfastes et cancérigènes. Certes, il faut vivre avec son temps mais pas au détriment de la culture locale. Nous ne sommes pas à la veille de voir la Tour EFFEL sous globe!.mais à VIAS tout peut arriver actuellement ????

  3. Lo cigal dit :

    Ah! que voila un joli texte et que l’on a du plaisir à le lire et le relire encore.
    Tout y est dit de façon harmonieuse, pas du tout agressive avec un bel humanisme indispensable à ce que l’auteur appelle le mieux-vivre ensemble.
    Si chacun de nous, quelle que soit son option politique, religieuse ou philosophique, pouvait s’en inspirer, nous vivrions mieux à Vias et dans le monde entier.
    Merci pour ce beau texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.