Bilan de mi-mandat ou bilan en demi-teinte ?

Nos boîtes à lettres, au milieu d’un fatras de pubs commerciales, ont reçu un document émanant de la mairie et intitulé : « Bilan mi-mandat 2014-2017 », avec les verbes « Créer, Agir, Gérer » et l’exergue « 3 ans de mandat à votre service ». Vraiment tout un programme …

Passons sur ce bulletin publicitaire dans sa dimension technique. 48 pages sur papier glacé en quadrichromie avec une profusion de photos, images de synthèse en 3D (mais non contractuelles), des graphiques, des courbes, des histogrammes et bien entendu des textes qui sont tout autant de louanges à la gloire de la majorité municipale et de son chef dynamique qui œuvrent depuis trois ans pour le bien-être et le bonheur de toutes les Viassoises et les Viassois sans ménager leur peine et les finances communales. Bon, d’accord, c’est un peu vulgaire de parler de gros sous, mais, bon, ce sont quand même nos impôts qui sont concernés et n’oubliez pas le célèbre adage : « les emprunts d’aujourd’hui sont les impôts de demain », et demain n’est sûrement pas très loin.  Le tirage étant de 3500 exemplaires, cela nous amène à quelques dizaines de milliers d’euros ! Mais, enfin, vous n’allez pas chipoter !

Si nous passons à la dimension politique de ce machin publicitaire, force est de constater que le slogan municipal « çà, c’est fait » est à nuancer fortement. Quelques exemples : le boulevard Gambetta : « çà, c’est pas fini », il n’y a toujours pas d’enrobé, bien que le précédent bulletin affirme le contraire : suffit d’y passer pour se rendre compte, mais la rédactrice en chef du bulletin ne doit pas souvent se trouver dans les rues de Vias. La Halle, dont nous apprécions la rénovation, mais pas les lourdes grilles inesthétiques, n’a toujours pas les étals pour les commerçants : « çà, c’est pas fini ». Autre point intéressant : les logements aidés (anciennement appelés logements sociaux). Si vous vous lancez dans la lecture de la page 12, prenez une calculette car entre les divers paragraphes, le nombre de logements sociaux-aidés est à géométrie variable. Seul chiffre exact : les 30 logements livrés du lotissement Bedos, opération initiée par l’ancienne municipalité… Sinon, vous avez 124 logements pour 2014-2017 (où sont-ils ?), 135 logements pour 2017-2019, le tout faisant 250 logements locatifs aidés.

Nous avons noté une innovation remarquable dans ce machin publicitaire : la commune a deux adjoints de plus dans l’équipe municipale ! Hé oui, on ne nous dit pas tout. Page 22, vous découvrez le tout nouveau adjoint à la sécurité grâce auquel on peut noter l’arrêt des cambriolages en 2016 (Certains propriétaires apprécieront l’ironie). Vous pourrez noter, dans ce chapitre sécurité, l’augmentation !!! des policiers municipaux mais plus encore, l’augmentation des véhicules de la police municipale : pendant une période de 2017, il y avait plus de véhicules que de policiers !!! A propos de sécurité, il est un point sur lequel nous pouvons nous attarder car significatif de l’incompétence de la majorité municipale actuelle. Dans leur programme en 2014, ils nous promettaient des caméras de vidéosurveillance sophistiquées et un centre de supervision urbain (CSU). Qu’en est-il aujourd’hui ? Rien, rien de rien. Ni caméras, ni CSU. Mais nous avons l’explication : toutes les subventions pour installer ces caméras ont été attribuées « aux villes hébergeant des matches de l’euro de foot 2016». Vous suivez ? Alors, comment expliquer que Bessan et Portiragnes, nos communes voisines, aient installé des caméras et un CSU en 2017 ? Alors qu’elles n’ont pas hébergé de matches de l’euro 2016 ! Tout simplement les édiles de ces communes ont à cœur de développer la sécurité de leurs concitoyens. Ils ont même trouvé les financements pour le faire. Petite réflexion amusante : vous avez vu les façades de la future Halle des Sports ? Elles sont couvertes de cannes de bambou dont le lot correspondant se monte à 140 000 euros. Largement suffisant pour installer des caméras de vidéosurveillance.  Esthétisme d’un côté, sécurité de l’autre.

Autre adjoint nouveau dans le paysage viassois : celui au tourisme qui écrit page 38.  Nous n’en dirons pas plus.

Pour terminer ce survol, essayons de nous y retrouver dans l’article sur les finances. Vaut mieux avoir une calculette et une boussole. Bien sûr, vous aurez droit au couplet sempiternel depuis 2014 : c’est la faute à l’Etat, c’est la faute à l’ancienne municipalité et c’est la faute à l’Ardaillon. Rien de bien nouveau sous le soleil financier. Sauf que le rédacteur du document (c’est sûrement le même qui a écrit tous les chapitres) s’est un peu emmêlé les pinceaux dans le budget d’investissement : il a été voté un montant de 10,119 millions d’euros au Conseil Municipal (avec plus de 8 millions d’emprunts d’équilibre) et le machin publicitaire indique 7.1 millions d’euros. Vous n’allez quand même pas chipoter pour 3 millions d’euros.  Heureusement que les dépenses d’investissement ne se feront pas intégralement en 2018, sinon il faudrait rajouter 8 millions d’euros à la dette du village !!!

Petit élément amusant : à la page 30 ; vous pouvez lire « … nous avons bâti de toutes pièces le théâtre de l’Ardaillon » et quelques mots plus loin « …il ne s’agissait pas d’une simple salle des fêtes ». Chacun appréciera.

En conclusion, disons que les maires de l’Agglo ont à cœur de réunir leurs administrés pour leur faire le bilan de mi-mandat de telle façon que ce soit un débat contradictoire, élément fondamental de la démocratie locale. A Vias, on vous balance 48 pages dans la boîte à lettres.

22/01/2018

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Bilan de mi-mandat ou bilan en demi-teinte ?

  1. Viassois d adoption dit :

    excellente analyse du catalogue publicitaire municipal déposé dans nos boites aux lettres

  2. Foltaire dit :

    La gestion de notre commune par l’actuelle municipalité révèle un vide sidéral : l’environnement et la transition énergétique.
    Des exemples : aucun bâtiment public n’est équipé de panneaux photovoltaïques ; aucun des nombreux et récents véhicules municipaux n’est doté d’un moteur électrique ; pour les particuliers, aucune borne électrique dans le village pour recharger les batteries de leur voiture écologique…
    Constat affligeant et inquiétant pour l’avenir !

  3. Un Contribuable abusé dit :

    Et ces personnes inaptes à toute gestion comme le démontre l’article ci-dessus, envisagent d’être reconduites en 2020?
    Il est temps que nos gouvernants instaure une loi interdisant l’accès aux responsabilité du collectif aux inaptes!

  4. Lo cigal surveillant et surveillé dit :

    Lo cigal, qui volète par-ci par-là, a rencontré des trucs insensés, inconnus, sophistiqués : des caméras de vidéo-surveillance reliées à un Centre de Supervision et implantées dans Vias-Méditerranée. Hé oui, même si le magazine municipal et le bilan de mi-mandat n’en parlent pas, il y en a de ces caméras que la majorité municipale actuelle, très soucieuse de la sécurité de nos concitoyens, nous promet depuis 2014.
    Mais où donc se cachent-elles ces foutues caméras ?
    Elles auraient été bien placées sous la Halle ce qui aurait économisé ces énormités esthétiques que sont les grilles qui d’ailleurs ne ferment plus. Et comme ça, la Police Municipale aurait eu des enregistrements pour coincer les responsables d’incivilités canines et de trafics de substance illicites.
    Ben non, elles sont sur le toit d’Intermarché pour surveiller le parking et la station-service.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.