Vias et la sécurité

Faits divers au tribunal de Béziers.

“Il veut bricoler sa voiture, il part en prison pour un an”, selon le Midi Libre daté du 2 février, Vias a démontré toute l’efficacité de ses services de sécurité. Le vendredi soir précédent, une tentative de braquage a avorté, déjouée par un voisin qui a pris en chasse la voiture des délinquants, relayé par les polices nationale et municipale de Béziers.

A l’audience le représentant du Parquet a souligné que cette expédition avait été programmée sur Vias, dans le quotidien, on peut lire « … ils se sont habillés de noir et ont choisi Vias car c’était loin de toute surveillance vidéo… »

Pourtant en 2014 une vidéo surveillance existait à Vias, efficace et suffisante de surcroit, mais la nouvelle majorité municipale fraichement élue s’est empressée de la déclarer obsolète et inadaptée rappelant sa promesse de campagne : « Rendre efficace le parc de vidéo surveillance par la mise en place d’un centre superviseur urbain (CSU) et de caméras mobiles » pour mettre les Viassois à l’abri de la délinquance.

Plus tard, lors de la cérémonie des vœux 2016, le Maire « remerciait chaleureusement le Sous-Préfet pour son écoute sur les dossiers majeurs tel que, notamment, la sécurité avec la création d’un centre superviseur urbain, et l’implantation prochaine de 35 caméras de vidéo-surveillance … où 300 000 € seront investis en 2016 pour la Vidéo Protection. »

Or nous voici en 2017, tous les ans, le Centre de Surveillance Urbain est programmé, mais Vias n’a vraisemblablement aujourd’hui plus de surveillance efficace.

Et, malheureusement, les délinquants doivent le savoir ; chez ces gens-là, la communication fonctionne bien. Vias serait-elle en passe de devenir zone opérationnelle ?

Monsieur Dartier, pendant la campagne électorale avait promis aux Viassois de faire de leur commune une ville toujours plus sécurisée. Encore une promesse non tenue à ce jour. Les habitants de Vias payent l’addition faute de payer l’investissement important promis pour refaire ce qui existait déjà….

8/2/2017

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Vias et la sécurité

  1. Yvonne galzy dit :

    Je pense que mr dartier n’a rien afaire de la securite dans le villageainsi que ce qui se passe cote ouest sur 5000m il y a une decheterie a ciel ouvert le proprietaire de cette parcelle y entasse depuis des annees des branches d’arbre ainsi que tout autre materiau mr dartier est au courant je suis allee en mairie le signaler et des policiers municipaux sont venus prendre des photos le risque est enorme car si ça prend feu c’est toute la cote ouest qui brule peut etre que ça l’arrangerai

  2. Le BEFFROI dit :

    Monsieurle Maire parle bien, haut et fort, promet beaucoup. Mais agit très peu.

  3. Sira Danielle dit :

    Mr Dartier est plus fort pour faire des promesses électorales que pour les tenir Espérons que les Viassois et Viassoises sauront s’en souvenir lors des prochaines municipales.

  4. Lo cigal et le guet dit :

    Un des amis dou cigal n’aime pas la vidéosurveillance : « Être espionné, surveillé, fliqué, non, très peu pour moi ; cela suffit peut-être à rassurer le bourgeois mais n’a jamais démontré son efficacité pour prévenir les délits ».
    Plutôt que ces caméras sophistiquées promises et jamais installées par la municipalité actuelle, plutôt que le Centre de Supervision Urbain (CSU), fer de lance de la sécurité à la mode de la majorité actuelle et refusé par nos amis de Portiragnes, plutôt que tous ces effets de manche de notre maire actuel, il vaudrait mieux ce qui se faisait AVANT :
    « Le guet était une institution romaine, introduite de bonne heure dans les Gaules. C’était la surveillance de nuit dans les villes.
    Une ordonnance Clotaire II de l’an 595 en règle l’exercice :
    Il établit le guet de nuit par les habitants de chaque quartier, sous des peines capables de les rendre attentifs à ce devoir urbain1
    Il ordonne que les gardes du guet qui entretenaient intelligence avec les voleurs et les laissaient échapper, répondraient des vols commis et seraient frappés d’une amende de cinq sols.
    En 813, une ordonnance de Charlemagne frappe d’une amende de quatre sols, affligée par le comte ou le premier magistrat, ceux qui se soustrayaient au service du guet. Ces guets étaient tenus par les bourgeois, les habitants du bourg (de la ville). La grande taille de la ville de Paris rend ce système insuffisant au XIIIe siècle, et pousse donc à compléter ce dispositif par le guet royal ».
    Aujourd’hui, existe l’organisation des « voisins vigilants » mise en place par l’ancienne municipalité avec la police nationale et la police municipale travaillant en harmonie ainsi que la gendarmerie.
    Dommage que la majorité actuelle (dans son ensemble car aucune voix ne s’élève parmi les élus de la liste Union Viassoise) se préoccupe peu de la sécurité des Viassois : pas d’adjoint délégué à la sécurité, des horaires de la police municipale peu adaptés pour prévenir les délits possibles…
    Dommage, vraiment dommage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.