Au fil de l’eau – volet 1 : « la ressource »

Alors que la gestion de l’eau et sa préservation sont devenues des enjeux majeurs pour les prochaines décennies et que les élus majoritaires de Vias ont voté le transfert des services de l’eau et assainissement à l’agglomération Hérault Méditerranée, VMV vous propose de développer en plusieurs volets ce chapitre « Eau, à Vias » qui nous concerne tous.

Tout d’abord, l’eau est essentielle pour la vie, elle est présente sur la terre sous forme salée pour à peine un demi-millième de la masse de la terre, ce qui est très faible au regard de la surface qu’elle occupe dans les océans avec 71% de la surface du globe.

Le réchauffement climatique est responsable d’une désertification croissante qui impacte de nombreux points sur le globe. Notre région, au climat méditerranéen est particulièrement exposée et les ressources en eau sont d’une importance capitale à moyen et long terme.

Il est important que les habitants prennent conscience des conséquences énormes que pourraient engendrer une mauvaise prise en compte de cet état de fait ; nous sommes face à nos responsabilités.

Voici rapidement résumée la situation générale, voyons à travers cet article celle de notre village.

Les ouvrages d’eau potable de Vias village étaient jusqu’au 31 décembre 2016, exploités par la « régie communale » qui couvrait les abonnements, redevances, surtaxe eau/assainissement, le prélèvement, l’entretien des réseaux ainsi que la lutte contre la pollution. Vias était « autonome » et disposait de sa propre ressource en eau ; quelle est-elle ?

L’alimentation du réseau de Vias Village provient du forage du château d’eau (réalisé en mars 1996) qui puise dans la nappe astienne et d’un second forage « de secours ». L’hydrogéologue agréé précise un programme de pompage pour ce premier forage « à la demande » de septembre à juin et de 70 m3 sur 11 heures par jour en juillet/août. Le Château d’eau de Vias-Plage dispose d’une capacité de 820 m3 dont 120 m3 sont réservés à la défense incendie. Il est précisé que les réserves de stockage sont suffisantes et disposent d’une autonomie de 11 heures à 19 heures entre « jour moyen » et « jour de pointe ». Le forage « de secours », mis en service en 1999, a reçu un avis favorable d’exploitation, il dispose de 700 à 800 m³ par jour en période estivale et un pompage « à la demande » hors période estivale (débit limité à 50 m³/ heure).

A Vias village, ces deux forages peuvent prélever au plus 1570 m³ par jour.

L’exploitation et l’entretien des réseaux d’eau potable de Vias-Plage sont confiés à la Lyonnaise des eaux et l’alimentation en eau potable est assurée par deux forages à Farinette dont un est « de secours ». Ils sont situés entre les campings « les Salisses » et « la Carabasse ». Le premier a été réalisé en février 1981 et le forage « de secours » l’a été en juillet 1998 par la Société d’Equipement de Béziers et son littoral (SEBLI) qui en est propriétaire. Ce dernier n’est pas mis en service.  Un avis favorable d’exploitation leur a été attribué par l’hydrogéologue agréé. La capacité de pompage pour le premier est de 90 m3 par heure et de 50 m3 heure pour le second.

Le volume du réservoir de Vias-Plage est de 600 m3 correspondant à une autonomie de 4,8 jours en « jour moyen » et de 18 heures en « jours de pointe ».

A Vias plage, les deux forages peuvent prélever au plus 140 m³ / jour.

Le réseau de distribution mesure 36 km, il est composé principalement de PVC (49%), de fonte (39%), le reste étant de nature inconnue. Le rendement du réseau, c’est-à-dire la « chasse aux fuites », l’entretien et la rénovation des canalisations, s’est amélioré à partir de 2008 ; en effet l’agence de l’eau RMC (Rhône Méditerranée Corse) dont nous dépendons a fixé à 70% la valeur à atteindre en terme de rendement des réseaux d’eau. Les travaux effectués, notamment sur le boulevard de la Liberté et ailleurs dans Vias village, sous le précédent mandat ont permis d’atteindre cet objectif. Beaucoup d’avenues ou rues attendent que leur réseau d’eau vétuste soit rénové, l’agence de l’eau attend un effort supplémentaire pour réduire encore le gaspillage de l’eau.

A Vias village, le volume quotidien prélevé dans la nappe astienne, est de 1370 m3 ; en mois de pointe, il est de 2000 m3 par jour.

Le nombre d’abonnés augmente régulièrement (2583 en 2015). Il est estimé 2 habitants par abonné. La consommation totale est de 219 000 m3 par an, soit 600 m3 par jour. La consommation quotidienne par habitant et par jour (135 à 140 litres) est un peu inférieure à la moyenne qui s’explique par l’absence de « gros consommateurs » (parcs, golfs, etc…)

Les équipements communaux consomment 18 000 m3 par an.

A Vias-plage, le volume quotidien prélevé dans la nappe astienne est de 300 m3 par jour pour passer en période de pointe à 900 m3 par jour. Le nombre d’abonnés est constant. Le volume annuel consommé par les abonnés se situe entre 75 000 m3 et 83 000 m3 par an (210 m3 par jour).

A part Europark, les gros consommateurs regroupent plusieurs habitants (campings, …), ils consomment 80 % du volume total.

Les équipements communaux consomment 2 000 m3 par an.

Voici un tableau qui reflète l’effort non maintenu en matière de gestion du réseau par la commune :

 

 

 

Autres ressources :

  • Le réseau Bas Rhône Languedoc (BRL) fournit le nord et l’ouest du village pour l’irrigation agricole.
  • La commune exploite deux forages hors nappe astienne (ancien stade et à « La Source »).
  • 197 forages* privés dont 126 desservent principalement en eau potable la côte ouest (associations) et les campings en proximité de la mer. Ainsi  5425 personnes dont 4540 résidents permanents sont raccordées.

A noter que 213 résidents permanents et 556 vacanciers ne sont pas raccordés à proximité du village.

* Sur le plan environnemental, les forages en littoral constituent un risque important en terme d’intrusion d’eau salée dans les nappes (http://www.actu-environnement.com/ae/news/jean-philippe-bellot-intrusion-eau-salee-aquiferes-littoraux-16852.php4).

31/1/2017

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Au fil de l’eau – volet 1 : « la ressource »

  1. Harry Pouchous dit :

    Bel exposé qui montre toute la complexité du problème, mais qui fait croître mon inquiétude quand on sait que désormais qu’il sera confié à des entreprises privées. Une municipalité qui se « débarrasse » de ce type de gestion n’est pas une municipalité qui prend en compte les problèmes des citoyens.

  2. Lou cigal et lou fontaniér dit :

    Lou cigal aimait bien cet employé communal appelé le fontainier (en occitan lou fountaniér). Dans le village, il était quelqu’un d’important car il avait la « clé de l’eau » : un gros truc en fer, en forme de T, avec lequel il pouvait ouvrir et fermer les vannes d’adduction d’eau quand il y avait besoin : une fuite, des travaux, une réparation… Du château d’eau du chemin de Coussergues à la cave coopérative, du chemin du Paradis à celui du Gravenas, il en faisait des km pour surveiller ce bien commun, ce besoin universel qu’est l’eau potable. Car son travail avait comme objectif de fournir une eau potable en permanence aux habitants de Vias : il remplissait donc un service public. Service public géré par la régie municipale de l’eau dont le fonctionnement dépendait d’un budget annexe qui chaque année était à peu près à l’équilibre. Les municipalités avaient à cœur de maintenir le réseau, de l’améliorer en pourchassant les fuites, en remplaçant les tuyaux, toujours sous l’œil averti du fountaniér.
    Et maintenant ?
    Hé bé, c’est une entreprise privée (la Lyonnaise des eaux, rachetée par Suez Environnement et dépendant d’Engie ! vous suivez ?) qui prend en charge tout ça et met sur la touche notre fountaniér. L’objectif est bien toujours de nous fournir de l’eau potable (encore heureux !) mais aussi, et surtout, de fournir aux actionnaires des bénéfices les plus importants possibles. Ils font des sous avec notre eau. ET des sous, il va falloir que nous ayons un peu plus pour payer notre eau.
    Harry Pouchous, qui est un copain du fountaniér, le dit bien ci-dessus : une municipalité soucieuse des problèmes des citoyens garde cette gestion de l’eau en régie municipale ; même raisonnement pour une communauté d’agglo qui aurait pu faire le choix de la régie communautaire.
    Et comme les contrats de délégation de service public sont signés pour 25 à 30 ans…
    Moi, lou cigal, j’aimais bien notre fountaniér.

  3. le Beffroi dit :

    Voilà du nouveau à Vias.
    Si j’ai bien compris et si je suis parvenu à détricoter cet imbroglio; (serait-il volontaire) les Viassois vont payer l’eau à la Lyonnaise des Eaux, mais aussi au SBL.
    Cela pour une eau qui sera:
    Captée, jusqu’à quand, dans la nappe aptienne, par des forages que les Viassois ont financés,
    Stockée dans un château d’eau que les viassois ont financé
    Acheminée par un réseau en cours de rénovation financée par les contribuables Viassois!
    Quel est l’intérêt de la Municipalité de s’être dégagée aussi rapidement d’une régie qui fonctionnait à la satisfaction de tous les Viassois?
    Deux alternatives: Ou la Municipalité ne réunissait plus les compétences techniques pour continuer la gestion, ou alors délibérément nos élus ont encore une fois décidé de brader notre service public.

  4. Ping : Eau… Les factures … Un espoir … | VIAS, MON VILLAGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.