Les arbres dans la ville … inquiétudes !

Printemps 2015, l’actuelle municipalité procède à l’arrachage des tilleuls, place des arènes (devant la mairie) pour les remplacer par des palmiers.

20160101-vmv_tilleuls_chemin_cresse

Les tilleuls, transplantés à la Cresse en pleine période de végétation, n’ont pas survécu…

 

 

 

20160101-vmv_placette

 

Printemps 2016 : les arbres des deux placettes rue des remparts sont arrachés. Constat sans appel, ces deux placettes offrent un triste spectacle « béton, bitume, bagnoles ».

 

 

20160101-vmv_vigneronne

 

Le parvis de la Vigneronne, réaménagé sans aucun arbre devient une fournaise en été. L’esthétique est d’autre part pour le moins discutable avec vue sur 5 climatiseurs.

 

 

20160101-vmv_haies_avenue_mediterraneeLes travaux ont démarré avenue de la Méditerranée, à Vias-plage. Sur 250 mètres, les arbustes de haie (éléagnus) et les lauriers-tiges ont été arrachés sans ménagement et jetés sur le dépotoir parking du Clot. Dans un souci de bonne gestion, il aurait été possible en période hivernale, d’enlever ces arbustes avec leurs mottes racinaires, de les placer en jauge pour une réutilisation ultérieure.

N’y a-t-il pas gaspillage de l’argent public, de notre argent ?

A noter, toujours à Vias-plage, que les trois pins devant la gendarmerie ont été abattus. Seules quelques branches gênaient le passage des gros véhicules ; les trois arbres ont été rasés…

Mais le pire est probablement devant nous. La municipalité a présenté ses projets dans le magazine N°1 (Sept-Oct 2016). En page 6, on découvre la « réhabilitation » de la place du 11 Novembre avec la disparition totale des platanes centenaires ! Si ce projet se réalisait, cette place perdrait toute son authenticité méridionale pour un urbanisme banalisé, mondialisé. Son exposition, plein sud, la transformerait elle aussi en fournaise l’été, comme le parvis de la Vigneronne.

Le dernier conseil municipal en date du 19.12.2016 interpelle. Au chapitre Urbanisme – validation des déplacements, nous avons cru comprendre que la moitié du jardin public au nord de l’église serait supprimée ! Ainsi que les arbres ? Nous attendons des précisions de la municipalité à ce sujet …

En conclusion, nous dirons qu’il n’est pas possible d’ignorer le rôle considérable des arbres dans la Cité. C’était le thème du colloque qui s’est tenu à Montpellier en Juillet 2016. C’était aussi celui de la 9ème conférence internationale sur le climat urbain qui a réuni à Toulouse plus de 600 scientifiques du monde entier en Juillet 2015. Les 350 communications effectuées lors de cette conférence affirmaient toutes la nécessité impérative en milieu urbain d’un équilibre entre espace minéral et espace végétal…

1/1/2017

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Les arbres dans la ville … inquiétudes !

  1. Pangloss dit :

    Voltaire disait déjà au XVIIIème siècle :  » Cultivons notre jardin ». Hélas, l’homme moderne s’imagine que la nature ne se vengera pas si on la détruit . Funeste erreur!

  2. Sam Démange dit :

    A Vias-plage, les 3 pins devant la gendarmerie, sur le trottoir, ont été supprimés. A leur place, on trouve maintenant… un distributeur de billets.
    Sans commentaire.

  3. Marief dit :

    Les arbres de nos villes et de nos villages

    Ils sont là depuis toujours, en tout cas depuis bien avant nous, depuis si longtemps que nous ne les voyons plus, confiants dans leur présence séculaire, indifférents parfois, voire méprisants. Les arbres, qu’ils soient alignés le long des rues ou plantés sur les places, sont souvent relégués dans l’ombre qu’ils créent. Leur silence au cœur de la ville les fait trop souvent oublier, au point qu’on oublie aussi de les entretenir et de les soigner.

    Pourtant c’est bien de leur silence et de leur présence que nous avons besoin pour survivre dans ce monde agité qui nous happe au quotidien. L’oxygène qu’ils fabriquent nous apporte le calme, avec l’air vital. Pour insensibles et invisibles qu’ils soient, les échanges gazeux et organiques qui passent par eux sont indispensables à notre hygiène de vie. Chaque arbre est un microcosme porteur de milliers de vies animales et végétales avec lesquelles nous pouvons être en symbiose et dans lesquels nous pouvons retrouver notre équilibre personnel. Si nous savons écouter le silence des arbres de la rue, nous découvrons un monde d’odeurs, de chants d’oiseaux, de couleurs, de formes in nies, qui nous délivrent des fatigues de la répétition et de la standardisation de la vie actuelle. Les alignements le long des rues soulignent et protègent l’humanité des façades de nos maisons. Les hautes colonnes des troncs gris régulièrement plantés forment une procession immobile qui accompagne nos allers et venues, et donnent à nos courses, à pied ou en voiture, une noblesse où nous retrouvons, individuellement et collectivement, l’estime de nous-mêmes.

    Enracinés dans la terre où ils trouvent leur nourriture sous le bitume des trottoirs, élevés hauts dans le ciel où ils vont chercher la lumière qu’ils synthétisent en oxygène malgré la pollution atmosphérique, les arbres sont le miroir de notre humanité, incarnée dans la terre nourricière, et élancée vers un ciel où elle cherche la lumière.

    Les arbres de nos villes et de nos villages nous inscrivent, individuellement et collectivement, dans la longue histoire de la civilisation car ils nous donnent d’habiter le monde poétiquement. »

    Jacques RENAUD, Vice-président du Parc naturel régional Oise – Pays de France

    ——-

    http://www.parc-oise-paysdefrance.fr/files/pnr_oise/fichiers_a_telecharger/Guide%20de%20gestion%20patrimoine%20arbore.pdf

  4. cassot dit :

    ….pour le moment ce qui me preoccupe le plus ce sont les legislatives qui se profilent !je suis un peu inquiet a cause de mon voisin agathois! alors vos arbres ? vous m avez compris!!!!!

  5. Harry Pouchous dit :

    … « Je n’ai jamais compris grand chose, il n’y a jamais GRAND chose, ni PETITE chose, il y a AUTRE chose » … (J. Prévert)
    A trop regarder le bout de ses godasses, on traverse le paysage sans voir l’essentiel. (Juste Moi)
    (Marief, ce fut un plaisir de vous lire …)

  6. Un d'aqui' dit :

    Vous êtes inquiets et vous n’êtes pas les seuls.Tout récemment un grand quotidien régional s’est fait l’écho des inquiétudes de Villémus,économiste né à Sète dans son livre »Midi se meurt,sauvons-le ».Que dit-il?
    A propos de la dégradation:
    « …on est arrivé à un point de non-retour,en particulier au niveau de la flore.Avec la Turquie et l’Italie,le Midi avait la plus grande diversité florale du Monde.On est en train de tuer tout cela.Ceux qui ont remplacé les chênes,les micocouliers et les figuiers par des palmiers qui demandent énormément d’eau….ont une grande responsabilité…. »
    A propos des responsabilités;à qui la faute?
    « …Je dirais que la faute en incombe d’abord aux élus qui ont cédé aux sirènes des promoteurs,à ceux qui ont fait preuve d’incompétence,de légèreté ou carrément qui se sont laissés corrompre.J’accuse en particulier tous ceux qui ont développé le péri-urbain où se concentrent tous les problèmes écologiques,sociaux,visuels.J’accuse également les architectes qui n’ont pas respecté l’identité de cette région… »
    A propos de comment réagir?
    « …Contre l’uniformisation culturelle,l’Alsace,le Pays Basque,la Bretagne sont en train de sauver leur identité,leurs paysages,en intensifiant,par exemple,les normes de construction,grâce à une vraie volonté politique… »
    « …Il y a des solutions simples,il suffit par exemple,que chaque habitant plante un arbre d’une variété méditerranéenne dans chaque coin en friche pour recolorer notre Midi.
    Ou,que toutes les classes d’Ecole aient,chaque année,un projet de rénovation du petit patrimoine,d’une capitelle,d’un lavoir,d’une fontaine….Si on fait ça,en cinq ans on aura tout rebâti….La lutte contre la cabanisation doit être aussi très ferme.Il faut interdire,sanctionner,expulser et détruire les paillotes.Bientôt il faudra payer pour se baigner…. »
    Vias est confronté à ces problèmes et vous avez raison de les mettre en exergue et de faire connaître vos inquiétudes à leur endroit.Je suis également inquiet.

  7. le Beffroi dit :

    Comme un arbre dans la ville par Maxime Le Forestier –
    voilà déjà des années que Maxime nous mettait en garde, mais je ne pense pas qu’il fasse partie de la discothèque de nos élus municipaux de la majorité. Pourtant la Musique est souvent de bon conseil!

    Ci-dessous un lien à ne pas manquer

  8. Ping : Les arbres dans la ville… suite … | VIAS, MON VILLAGE

  9. Christian PLAGNES dit :

    Six ans de mandat c’est sans doute trop court pour faire des grandes choses, mais tellement long pour limiter les bêtises.

  10. Ping : « Comme un arbre dans la ville » | VIAS, MON VILLAGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.