Joyeux Noël, gardons l’esprit des fêtes.

boulesEn ces veilles de fêtes, l’humeur est à la joie, aux retrouvailles des familles parfois éloignées, VMV ne va sûrement pas déroger à la règle.

Avec un soupçon de réserve toutefois, car il est parfois difficile d’effacer les traces d’amertume rebelles. Alors pour que cette parenthèse ne soit ni une énième complainte, ni une totale hypocrisie, mettons-nous à rêver : Et si le Père Noël existait vraiment ?

Si le Père Noël existait vraiment à VMV nous ne lui demanderions rien pour nous, n’ayant pas pour vocation ne serait-ce que d’exister, nous ne saurions avoir la prétention à réclamer quoi que ce soit pour nous.

Par contre, pourquoi ne pas demander pour nos dirigeants une superbe paire d’oreilles – d’âne      pourquoi pas. Oh ! Rien à voir avec le bonnet d’âne, punition de nos grands-pères – Non, juste à cause de leur taille afin qu’ils entendent peut-être mieux la contestation, les voix discordantes de la mélodie du grand timonier. Et à propos de voix, qu’ils se rappellent que neuf d’entre elles seulement leur ont permis d’accéder au pouvoir, et qu’en conséquence, tout n’est peut-être pas permis …

Une panoplie de « modeste » également, à enfiler plus souvent sous l’écharpe tricolore, on sait que ça servira à certains.

Si nous semblons partiaux aux yeux de certains, c’est que notre ville est désormais menée à la baguette par un maire qui ne laisse aucune ouverture, aucune place à la divergence d’opinion. A Vias, l’information a été bâillonnée, ce qui a donné naissance à des mouvements d’expressions divers et variés, dont le nôtre.

Mais bon, comme c’est Noël, rêvons, rêvons à une ville où chacun pour discuter des projets, où les décisions seraient le fruit de concessions, montrant ainsi à chacun qu’il a un rôle à jouer, et qui mettrait à mal cette autre vision de la démocratie qui considère qu’elle n’est rien d’autre que la tyrannie qu’excerce une majorité sur une minorité, si minime fut-elle …sapin

Sur ces pensées positives d’espoir, toute l’équipe de VMV souhaite à tous, des plus démunis (et dieu sait s’ils sont nombreux sur cette Terre), aux nantis qui nous gouvernent (bien au-delà de notre commune) afin que peut-être, à terme, un peu plus d’EGALITE, et de FRATERNITE inondent notre quotidien.

houx                                         A TOUS JOYEUX NOEL

24/12/2016

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Joyeux Noël, gardons l’esprit des fêtes.

  1. Anonyme dit :

    Évangile de Luc, 6, 41 : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ! »
    Joyeux Noël mes très chers frères et sœurs

  2. Hélios Sotomayor dit :

    Évangile de Luc, 6, 41 : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ! »
    Joyeux Noël mes très chers frères et sœurs

  3. Marief dit :

    Tiens ! Les trolls attendent déjà au râtelier !

  4. Sam Démange dit :

    Evangile selon St. Mathieu 25,26 : « A celui qui a, il sera beaucoup donné et il vivra dans l’abondance, mais à celui qui n’a rien, il sera tout pris… »

  5. Lo Cigal mécréant dit :

    Evangile de Jean 2, 13-21
    Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem.
    Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.
    Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »
    Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment.
    Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »
    Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »
    Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
    Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.
    Jésus (JC en abrégé) a chassé les marchands du temple juif (car Jésus était un juif), le maire de Vias (JD en abrégé) a mis les marchands autour du temple catholique provoquant l’ire du curé , et autour du monument aux morts provoquant la colère des habitants attachés à leurs souvenirs.
    Rappelez-vous qu’en 1930 environ, les veuves et orphelins de la guerre de 14-18 ont souhaité le déplacement du monument depuis la place des Arènes (il était devant le café des Arts de mauvaise réputation) jusqu’à la place de l’Eglise, (dite place du 11-novembre), plus propice au recueillement.
    Respectons leur souhait et conservons, en le rénovant, le monument où il se trouve.

  6. Un paroissien dit :

    Mais enfin a-t-on vraiment besoin de concentrer toutes les activités festives sur la place de l’église ? Jamais messe de Noël n’a été aussi perturbée que cette année. A 18h 30, heure de l’office, alors que les cloches sonnaient, le parvis de l’église était tellement encombré de torches enflammées, que la grande porte était encore fermée et inaccessible, à tel point que la plupart des fidèles ont été obligés d’entrer par la poterne nord. Dehors le vacarme ne cessait pas et M. le curé lui-même essaya alors de refermer la grande porte intérieure, aidé en cela par une bonne âme. Malgré tout, les cris et la musique parvenaient à l’intérieur de l’édifice, causant un trouble inacceptable dans ce lieu de paix et de recueillement.

  7. cassot dit :

    …un jour jesus dit a ces disciples:allez voir la bas si j y suis! ils y allerent et il y etait!!!

  8. Jeanne Cazale dit :

    Un Maire si attaché aux racines chretiennes de l’ Europe et de la France qui perturbe le bon déroulement des offices, c’est un comble!!!!
    À vouloir privilégier les commerçants du bas de la ville, on fait des erreurs.

    • Marief dit :

      Un coup de chance qu’il n’y ait eu aucun enterrement ! Encore que pour l’animation, à part le manège pour sonoriser les offices religieux, il fallait être très au courant de la date et de l’heure des deux événements méritant photos et peut-être déplacement !

  9. Le BEFFROI dit :

    Un homme digne peut être croyant ou non croyant, mais quelle que soit sa position cet homme respectera toujours la pratique du culte des autres hommes.
    Comment définir un Maire qui peut, un jour, paraître au seuil de l’Eglise du Village ceint de l’écharpe tricolore et une autre jour organiser une manifestation païenne qui perturbe une cérémonie religieuse sur les mêmes lieux?
    Je pense qu’un tel personnage n’a qu’une religion: LUI

    • Jean Neymar dit :

      Comment voudriez-vous qu’un homme « respecte la pratique du culte des autres hommes » alors qu’il ne respecte pas les autres humains tout court ?

      Nous le savions depuis le début : rappelez-vous la présentation du nouveau bulletin municipal, à laquelle les Viassois avaient été conviés en mairie :

      A vue de nez, plus d’une centaine de personnes avait décidé d’honorer cette invitation malgré une chaleur torride. Les plus fragiles cherchaient à s’abriter du soleil dans le hall bondé de la mairie en attendant l’ouverture de la salle prévue dont nul ne trouvait la clé (sic). Rapidement, elles ont été invitées à libérer ce hall, à la suite d’un contre-ordre (sic) qui situait finalement l’événement non plus en mairie mais dehors…..

      C’est ainsi que, l’heure du rendez-vous largement passée, un pare-terre – en grande majorité de têtes blanches- commença à se liquéfier lentement, au bord de la syncope, debout en plein soleil, par plus de 35° à l’ombre. Mais d’ombre, en cet endroit, nenni…..

      Enfin, Monsieur le Maire arriva, sautillant, frétillant et guilleret, dans un costume discrètement scintillant, avec trente bonnes minutes de retard !

      Sans la moindre excuse, sans l’ombre d’un remerciement pour toutes ces personnes, âgées pour la plupart (mais où était donc son fan club ?) qui avaient répondu à sa prière, il récita à nouveau l’interminable liste d’éléments –déjà maintes fois cités– au bénéfice de son faire-valoir….

      « Je pense qu’un tel personnage n’a qu’une religion: LUI » ? Voyons, Beffroi, épargnez-nous les euphémismes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.