Conseil Municipal du 19 décembre

dscn16061Abondant par un nombre de points à l’ordre du jour fastidieux (32 questions) ce Conseil du 19 décembre fut d’une telle insipidité qu’il serait vain d’en faire une relecture. Les sujets les plus importants furent débités d’une voix monocorde et à vitesse « grand V », accompagnés d’une projection de tableaux chiffrés pratiquement illisibles, comme à l’Ardaillon lors de la présentation de tous les projets municipaux. Ecran trop loin du public, couleurs blafardes et mise au point déficiente n’ont en rien aidé l’assistance. Alors, qu’il s’agisse de l’exposé du budget ou de l’énumération des activités immobilières de la ville, ce n’est pas l’entrain tout relatif de l’adjointe aux finances ni celle de l’adjoint à l’urbanisme qui a pu tenir en éveil conseillers et public.

Dans le droit fil du Conseil du 31 mars dernier qui avait duré la bagatelle de 3h30 et au cours duquel la présentation du futur Plan Local d’Urbanisme avait été réduite à 8 minutes d’explications (quelle faculté de synthèse !) ce Conseil du 19 décembre a été tout aussi économe sur le sujet. Quelques minutes d’un monologue abscons ont suffi à l’adjoint en charge du dossier pour égrener une foule de textes et d’articles modifiant le projet retoqué par les services de l’Etat. Mais sur le fond ? Rien.

Au chapitre du « monopoly » municipal, une perle remarquable: la revente à un promoteur biterrois de l’ancien bar le Régency acheté il y a peu par la Commune pour être transformé en logements sociaux. Mais le choix était sans doute fort peu judicieux et il valait mieux céder cette ruine à un grand groupe immobilier. Avec cet argent retrouvé, la Commune pourrait en profiter pour acquérir le superbe immeuble du 7 place des Arènes sur lequel la municipalité précédente avait mis une option d’achat, vite annulée aussitôt les élections passées. On préfère donc abandonner à l’oubli et à la décrépitude une bâtisse de grande valeur patrimoniale, située en plein coeur du village et jouxtant de surcroît la mairie. Au passage on peut imaginer que son vaste garage aurait été d’une grande utilité pour les véhicules de la Police Municipale, exclus de la Vigneronne « amputée » et relogés à l’étroit dans la cour de la crèche, dans laquelle un superbe mûrier a subi les affres de la tronçonneuse pour faciliter le passage d’une voiture.

Mais revenons à notre sujet, en épargnant toutefois au lecteur l’énoncé des autres points abordés lors de ce Conseil. Retenons surtout que l’austérité de la séance n’avait pas entamé la bonne humeur de M. le Maire qui ne s’ennuya pas un seul instant, tuant le temps en bavardant autour de lui, se souciant comme d’une guigne du résultat des pseudo-débats, sa majorité lui assurant confiance et fidélité les yeux fermés. Ceci dit, on voit mal la plupart des conseillers s’aventurer à poser une question sur des sujets qui les ennuient, l’essentiel n’étant pas que les points à l’ordre du jour fussent adoptés le plus vite possible avant que ne sonne l’heure du repas ? L’avenir de VIAS direz-vous, c’est secondaire, n’est-ce pas ? 

22/12/2016

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Conseil Municipal du 19 décembre

  1. cassot dit :

    …un immeuble superbe au centre ville architecture et emplacement qui va echapper aux viassois comme le chateau de la gardie sous une autre municipalite aussi visionnaire .vous voulez un paquet cadeaux pour les deux?

  2. Marief dit :

    Ces vieilles demeures, sans intérêt aux yeux de la génération montante peu férue d’architecture, pas davantage respectueuse des choses du passé et indifférente à leur histoire, ne se rendent pas compte que ce sont elles qui font le charme particulier des villages anciens et ce que viennent chercher les touristes citadins dans les villages de charme du Midi restés en l’état où restaurés avec goût et respect.

    La mode est à l’abandon dans le meilleur des cas et, au pire, à la destruction, pour libérer un espace stéréotypé et sans âme, afin d’y construire du fonctionnel utilitaire moderne. Dans le même ordre d’idées et bien que l’endroit soit étriqué, on déplacera un monument aux morts pour coller contre les murs de l’église de bruyantes sonos de fêtes, sans le moindre égard pour le silence qu’il convient de préserver en ce lieu de culte où des fidèles viennent pour se recueillir afin de trouver la paix, loin de l’agitation extérieure. La place ne manque pourtant pas sur les vastes parkings proches……

    On déplacera sans motif valable connu la fontaine de la place-alors qu’il serait plus opportun de la debarrasser de l’épaisse couche d’algues, de la crasse et des détritus qui l’enlaidissent, puis de la sabler, plutôt que – soit de compliquer le passage des véhicules de secours et d’ncendie en la mettant au centre de la place, – soit d’avantager ou désavantager par sa présence tel ou tel commerce !

    Par pitié pour notre joli village, construisez vos faire-valoir électoraux en périphérie, mettez son charme en valeur, notamment en enterrant les poubelles qui décorent à leur manière et parfument (surtout en été) les ruelles des journées entières, pour le bonheur, sans doute, des rats qui commencent à pulluler dans les grandes villes et qu’on ne va pas tarder à voir chez nous……

    Enterrez les fils électriques et raccordements téléphoniques datant du début du siècle dernier pour suspendre à leur place de jolies lanternes comme -par exemple- à Lodève pour rendre Vias accueillante et attractive.

    Plutôt que vendre ces anciennes demeures de charme, accueillez à l’intérieur des artisans bijoutiers ou travaillant les vitraux,…..faites-en des « centres commerciaux » de métiers de tradition ancienne, aux ateliers desquels on pourra rendre visite et faire des achats, surtout en été….

    Il manque trop de centres d’intérêt au centre du village presque uniquement occupé de bars (obscurs et sales) et de marchands de pizzas : d’où la désertification compréhensible de ce centre où, pourtant, on fait des travaux coûteux et non justifiés, sauf selon l’avis péremptoire d’une majorité arrachée de justesse par 9 voix d’écart !

    • Lo Cigal dit :

      Tout individu ayant un soupçon d’intelligence ne peut qu’applaudir à ce commentaire très objectif.
      Ce n’est pas être passéiste que de vouloir que l’on respecte les signes du passé… c’est savoir que le futur ne peut se construire que sur des bases solides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.