La mer : érosion du littoral ….

Après les tempêtes d’Octobre et Novembre 2016 qui ont frappé le littoral viassois*, des questions d’importance se posent car il s’agit de l’existence même de notre littoral. Au-delà des mots, il faut voir la réalité humaine, celle de nos compatriotes qui vivent et travaillent dans un espace menacé.

Pour mieux comprendre, Vias mon  Village vous propose de visionner un court-métrage de 6 minutes, en suivant le lien : https://www.youtube.com/watch?v=3zzN9av4MXQ

Toutes ces images interpellent et une question primordiale se pose :  » Que fait-on maintenant à Vias ? »

Une solution durable ne peut émerger que d’un débat très large réunissant toutes les parties prenantes et aboutissant à un consensus accepté par tous.

Les prochaines élections de 2017, Présidentielle et surtout Législatives, offrent le cadre de ce débat exceptionnel pour des enjeux sociaux et économiques considérables. Il faudra exiger des candidats l’inscription de la protection du littoral à leur programme et leur engagement solennel pour ce qui apparaît indispensable : la tenue d’Etats Généraux sur ce sujet d’importance nationale.

Un rendez-vous à ne pas manquer …

* Voir articles du blog Vias mon Village des 19 Octobre et 26 Novembre 2016.

11/12/2016

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à La mer : érosion du littoral ….

  1. un autre contribuable dit :

    vidéo qui ne correspond pas à la situation de Vias

    • La marine dit :

      Avez-vous seulement écouté le commentaire ? Avez-vous entendu que les tonnes de sable déposées de manière artificielle sont emportées par les flots dès la première tempête ? A Vias ou ailleurs c’est la même chose.

      • Un autre contribuable dit :

        Pas de méprise, je ne critique surtout pas cette vidéo, comme d’autres elle a le mérite de poser le problème, mais quand je dis qu’elle ne correspond pas à la situation de Vias c’est parce que toutes les situations d’érosion ne sont pas identiques.
        Sur Vias, tous les rapports, y compris ceux de l’administration, le disent, l’érosion de la côte est générée par les ouvrages transversaux en mer , épis de côte Est (pose nécessitée par l’érosion provoquée par les jetées en mer de l’Hérault et par la création du port du cap d’Agde) et jetées en mer du Libron (qui sont d’une inutilité parfaitement évidente).
        Les courants marins, modifiés, ne peuvent plus remplir leur rôle et apporter les sédiments nécessaires au fonctionnement naturel du cordon dunaire. Sinon comment peut-on expliquer que les plages sont restées intactes pendant des siècles puis dès la mission Racine et la construction d’ouvrages en mer (années 60/70) l’arrivée de l’érosion ?
        Concernant la montée des eaux, l’érosion est bien antérieur à ce phénomène dont on ne perçoit, pas encore, les conséquences sur nos côtes.
        Je ne pense pas que l’érosion soi générée par le déficit sédimentaire créé par les barrages :
        – Je n’ai jamais entendu dire que l’on ait été obligé de nettoyer un barrage car rempli de sable,
        – Comment expliquer que des plages sont en érosion alors que d’autres sont en engraissement, souvent à proximité ?
        – Comment expliquer que sur le littoral Languedocien on drague, lave si nécessaire, puis rejette en mer par 30 mètres de fond, annuellement près de 1 million de m3 de sable, tout ceci avec l’argent du contribuable. Pour comparaison, Vias en 2015 c’était 60 000 m3 de sable pompé aux Orpellières.
        Concernant l’expérience « algo-boxes » dont on parle, il y a 30 ans ou plus que cela existe. Dans beaucoup de cas, pour ne pas dire la totalité, cela ne fonctionne pas, ou de façon très éphémère, comme à Vias.
        Le département de l’Hérault a déjà dépensé 100 millions d’€ pour ré-ensabler les plages, Lido de sète, les Aresquiers à Carnon, la côte ouest de Vias. A aucun endroit cela ne fonctionne, pourtant on continue, avec l’argent du contribuable. Monsieur d’Ettore, Monsieur Dartier, Madame Chaudoir continuent à préempter et à acheter des parcelles ou propriétés, avec l’argent du contribuable, pour poursuivre leur projet qui relève de la mégalomanie.
        Si l’on considère que la montée des eaux est inéluctable et que dans quelques décennies elle aura submergée toutes les zones dont on parle il y a deux solutions :
        – On se résigne et dans ce cas on commence à financer la délocalisation en utilisant l’argent publique de façon intelligente plutôt que de le jeter à la mer avec des solutions complètement bâtardes,
        – On se bat, les Hollandais l’ont fait, mais là encore en utilisant l’argent publique de façon intelligente.
        Malheureusement nous sommes en France.

  2. Sam Démange. dit :

    Après l’érosion du littoral surgit la menace de la submersion…
    Tout l’espace viassois compris entre le canal du midi et la mer se situe entre 0 et 2 mètres d’altitude.
    Les études prospectives de la NASA concernant la submersion et reprises dans le Plan de Prévention des Risques Littoraux (PPRL) sont très explicites.
    Voilà le risque qui implique une prise de conscience collective face à un danger bien réel à Vias…

  3. Pangloss dit :

    J’ai entendu :  » sable qu’on apporte et qui s’en va », » dunes qu’on massacre », « épis », « enrochements » « port » ( ah,ah!). Et vous dites que ça n’a rien à voir avec Vias??????

  4. Marief dit :

    Vidéo très intéressante et qui concernait jusqu’ici aussi bien Vias que la Bretagne, les mécanismes étant les mêmes. Mais il y a beaucoup plus inquiétant à l’heure actuelle où les changements de toutes sorte s’accélèrent au niveau de la planète. De quoi se demander s’il ne conviendrait pas de montrer davantage d’humilité devant les forces de la nature : faut-il entreprendre des moyens dérisoires -voués à l’échec- pour lutter contre elle, ou reculer devant elle pour sauver la vie des populations de bord de mer, plutôt que les biens(et accessoirement les voix électorales) ?
    http://www.ledauphine.com/france-monde/2016/12/05/une-immense-faille-de-90-metres-de-large

  5. Pangloss dit :

    Bonne analyse Monsieur » un autre contribuable ».

  6. Anonyme dit :

    Vous dites : « Toutes ces images interpellent et une question primordiale se pose : » Que fait-on maintenant à Vias ? »
    et vous dites : « Une solution durable ne peut émerger que d’un débat très large réunissant toutes les parties prenantes et aboutissant à un consensus accepté par tous »
    Pour compléter vos commentaires et votre information , voici un lien qui raconte la résistance de quelques irréductibles habitants de la Côte Ouest de Vias –

    Hélios Sotomayor

    • Marief dit :

      La vidéo que vous apportez en « complément d’information » se rapporte à l’érosion naturelle, constante et faible que l’on connaissait jusqu’à ces dernières années et ne porte que sur les avantages et inconvénients d’ouvrages divers construits depuis 1970 par rapport au profil initial de la côte.

      L’heure n’est plus à la polémique, ou aux intérêts électoraux, mais à la décision juste et urgente à prendre devant l’accélération récente, prouvée et localement vérifiée, des phénomènes climatiques qui engendrent la submersion galopante des littoraux. Niés lorsqu’ils étaient rares et imperceptibles, ils ne peuvent plus l’être devant les faits.

      La question est moins d’aller à l’économie qu’à l’efficacité, surtout si la dépense liée à ladite économie ne sert à rien au final !

      Il n’est pas dans l’intérêt des villageois de chercher à défavoriser les travailleurs et propriétaires du bord de mer auxquels la commune doit la majeure partie de ses retombées économiques, mais il semble évident que des investissements lourds pour protéger les plages ne pourront se cumuler avec ceux, indispensables à court terme, pour protéger les populations, autrement plus importantes en termes de vies humaines, des villages.

      C’est pourquoi, devant les études et documents internationaux RÉCENTS émanant des organismes les plus fiables (cf. Internet), compétents et impartiaux, un raisonnement sain et sage semble inviter à privilégier les dépenses à faire pour des ouvrages de protection des villages dans l’intérêt du plus grand nombre et, en attendant, à organiser au mieux (et au plus vite plutôt que dans l’urgence après le sacrifice de vies) le repli des infrasrructures littorales.
      Ceci quel que soit le bénéfice présumé à perdre entre deux coûts estimés…..

  7. Lo cigal dit :

    Pour en rajouter une couche ( de sable ??), il faut visionner cette séquence du journal télévisé de France2 (20 décembre à 13h).
    La position du maire de Biarritz (à la fin de la vidéo) est très objective.

    http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/environnement-la-bataille-des-communes-du-littoral-contre-l-erosion_1977287.html

  8. VILLAIN dit :

    Lamentable !
    Comment peut-on laisser faire ça et aller contre des gens qui veulent protéger leur environnement ainsi que leur côte.
    Cela fait presque 10 années que je passe mes vacances à VIAS dans un camping côte ouest (floride).
    Au début il y avait une belle plage, mais maintenant elle est pratiquement inexistante!!
    Alors MESSIEURS LES POLITIQUES, écoutez le peuple ainsi que les compétants.
    Pensez que ce sont les contribuables qui payent;
    ERIC V.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.