Le magazine municipal vu par VMV (2)

Deuxième Chapitre

 Débats en Conseil Municipal :  l’adhésion à l’Union des Villes Portuaires ;

Voilà une adhésion qui s’imposait pour une commune qui n’a, sur son territoire, qu’une mini-halte  nautique (en très mauvais état ) mais qui va  construire, « incessamment sous peu », un immense port fluviomaritime sur le chenal du Clot pour plus de 32millions d’Euros (soit plus de 5 fois le coût de l’Ardaillon).

Actuellement, l’accès depuis la mer est assez limité. C’est, au mieux, un pédalo qui peut passer entre les plages de la Tamarissière et du Clot. Les travaux de désensablement impératifs sont-ils inclus dans le budget prévisionnel ?

Ce sable retiré du chenal du Clot, la municipalité actuelle pourra le transporter sur la dune de la Côte Ouest (voir photos) qui semble ne pas vouloir résister aux divers coups de mer, malgré les nombreuses injonctions de nos édiles.

Vous êtes-vous rendu compte, amis Viassois, que ce sujet, pourtant brûlant, des plages et de la dune de la Côte Ouest, n’est pas du tout abordé dans le bulletin municipal n°2 (peut-être un manque de place ?).

« CSU et vidéo-protection : où en est-on ? », c’est le titre d’un petit paragraphe en page 7.

La majorité municipale promettait des caméras de surveillance sophistiquées partout dans le village. Peut-être prévoyait-elle d’en mettre une sous la Halle qu’il aurait été, ainsi, inutile de grillager, il semblerait que ce ne soit pas si simple, ou pas aussi prioritaire aujourd’hui qu’il y a quelques mois encore.

Quant au CSU (Centre de Surveillance Urbain), il a du plomb dans l’aile, nos amis de Portiragnes n’en voulant pas (mais chut, faut pas le dire et encore moins l’écrire).

Et dire que l’Etat nous refuse 93.500 € de subventions, alors que la mairie va dépenser 400.000 € pour la Halle et a prévu 3,9 millions d’€ (dont 40.000 € pour déplacer le monument aux morts) autour de l’Eglise.

Sur cette même page 7, nous découvrons, enfin, l’utilité des fameux tapis bleus sur les plages. Il s’agissait de permettre aux policiers municipaux de pouvoir se déplacer aisément  en VTT. Car, comme nous l’avons exposé dans un article précédent (« Le bruit des Vagues »), les personnes à mobilité réduite, elles, n’ont jamais pu utiliser ces tapis qui étaient, par leur installation peu étudiée, rendus inaptes à remplir leur fonction initiale.

« Vias, mon Village » consacrera  prochainement un article aux logements « aidés »et au futur PLU.

(Prochainement, la suite de notre lecture du Magazine Municipal n°2)

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Le magazine municipal vu par VMV (2)

  1. SOUTEIRAT Guy dit :

    Le plus simple serait de faire le port à la place de la cote ouest , ainsi les deux problèmes seraient réglés. La location des anneaux remplacerait nos taxes d’ hab. et Foncière.
    Judicieux non?

  2. Astéix dit :

    Nous avions quelques personnes dévolus à la surveillance, des copains de classe d’Agecanonix. C’était très efficace et beaucoup moins onéreux à l’installation. Un banc contre un mur, et ces messieurs entretenait « la blaguette » entre eux et la sécurité par leur présence.

  3. Un viassois dit :

    Toujours autant de dénigrement envers la municipalité actuelle!!
    Et que de louanges pour l’ancienne.
    En résumé tout ce qui est fait aujourd’hui ne vous plaît pas!!
    Que proposez vous comme programme’si ce n’est critiquer sans cesse?
    Quelles sont vos propositions pour Vias??
    A mon avis pas grand chose, puisque vous ne cessez d’affirmer que les finances ne le permettent pas!
    Elles ont tout de même permis il n’y a pas si longtemps la construction d’une salle de spectacle, avoisinant les 6 milliions d’euros, qui vous est si chère.

    • Harry Pouchous dit :

      Tous les choix sont discutables, chaque municipalité a le droit de décider des siens, chaque citoyen, surtout s’il est contribuable a le droit de donner son avis. 4 millions pour la culture, surtout avec les choix qui ont été faits l’an passé, ma foi, ça ne me paraît pas excessif. Surtout que ça profite aux viassois. Mais plus de 11 millions pour embellir l’image du tourisme, là ça me semble franchement excessif. Surtout qu’une fois franchie cette fabuleuse avenue, les malheureux vont se retrouver sur le fameux chemin du Clôt, où il sera toujours impossible de se croiser … Là par contre, il y aurait eu à faire et à investir.

  4. le Beffroi dit :

    Je ne vois là aucun dénigrement, par contre ce que je vois c’est la reprise d’articles diffusés par la municipalité seulement corrigés de leurs inexactitudes.
    Ici il est affirmé que les finances ne permettent pas de réaliser les projets présentés, et c’est démontré.
    Un programme à proposer, mais oui. Entretenir, embellir mais en préservant le patrimoine, sans entreprendre des investissements hasardeux et disproportionnés avec les moyens de la commune.
    La Halle réhabilitée, sans rien détruire et sans la grillager aurait sans aucun doute reçu un meilleur accueil.
    Ne pas communiquer des chiffres falsifiés pour établir le coût d’entretien de l’Ardaillon aurait certainement évité beaucoup de critiques.
    Des bouleversements profonds du village, et de la station auraient dû être le fruit d’une concertation avec l’ensemble des agents économiques et des associations, ce qui aurait évité des critiques.
    Maintenant, Monsieur « Un Viassois » si vous ne voyez que dénigrement dans tous ces écrits, que faire? vous inviter à être plus précis dans vos critiques et de toujours les étayer comme c’est le cas pour les articles parus sur ce blog, cela permettra à chacun de faire son opinion. Mais je précise, ici chacun est juridiquement responsable de ses écrits, donc chaque affirmation doit être argumenté.

  5. Lo Cigal dit :

    Satisfaire les besoins de l’intérêt général des Viassois.
    Cela pourrait être une définition de la politique communale. Dans une population, se trouvent des intérêts particuliers, ceux de chaque personne vivant au village ; des intérêts collectifs, ceux de groupes de personnes assemblés par un élément commun comme par exemple les chasseurs, les commerçants du centre-ville, ceux de farinette, les anciens, les sportifs etc etc ; des intérêts collectifs qui concernent toute la population comme la santé, la sécurité et les déplacements.
    A partir de ces besoins, prenons par exemple les déplacements, la majorité municipale doit répondre par des réalisations adaptées. Nous constatons que les majorités municipales successives se préoccupent bien de ces besoins (surtout pendant la campagne électorale) mais que leurs réalisations sont différentes. Simple exemple : comparons le boulevard de la Liberté, rénové par la municipalité Monedero, et l’avenue de la Méditerranée, projetée par la municipalité Dartier. L’objectif est le même : favoriser lse déplacements, mais la réalisation est totalement opposée : dans un cas, les habitants utilisent très rapidement le boulevard et ne se rendent plus compte de sa rénovation, dans l’autre cas, les travaux vont durer trois ans, cela ressemblera à Malibu et il faudra payer avec nos impôts plus de 11 millions d’euros d’emprunts (L’Ardaillon c’était 6 millions !!).
    Les travaux de la Halle : une rénovation indispensable du sol et des murs , mais cela devait suffire avec 40 000€, inutile de mettre des grilles.
    Le pourtour de l’église : refaire le pavement devant l’édifice, ne pas toucher au Monument aux Morts et mettre en valeur le cimetière paroissial.
    La pile de la place du 14-juillet : la remettre en fonction et la rénover sans la déplacer.
    Donc, d’accord sur les besoins des viassois, pas d’accord sur les solutions pharaoniques et inadaptées et dispendieuses retenues par la municipalité actuelle.

  6. Pangloss dit :

    Bien dit. Trop, c’est trop. Quand donc les Viassois vont-ils se réveiller? Quand il sera trop tard et que leur village sera accablé de dettes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.