VIAS, où vas-tu ?

Les informations sur le site  Collectivités locales .gouv sont de nature indiscutable. Elles sont la synthèse comptable des finances de la collectivité. Les chiffres produits par le Trésor ne peuvent être mis en doute et la lecture de leur évolution à VIAS est éloquente.

Alors que, comme l’ont justement souligné les élus de la majorité au Conseil Municipal, il apparaît une baisse sensible des dotations de l’État* qui impacte les produits de fonctionnement (-1 275 000 € entre 2013 et 2015). En réponse à cette situation, nos élus en charge des affaires de la commune ont augmenté sensiblement les charges de fonctionnement (+919 000 €).

Cette manière d’agir est équivalente à celle d’un ménage qui, voyant ses revenus diminuer, prend la décision d’augmenter ses dépenses quotidiennes.

Nous devons rappeler que la baisse des dotations de l’État aux collectivités locales a été décidée dans le cadre d’un nécessaire assainissement de la situation financière de la France.

L’État attend de chaque collectivité un effort d’économie des charges de fonctionnement.

A Vias, les élus de la majorité municipale ont opté pour une décision inverse et placent ainsi la commune dans une situation financière dangereuse. Ils ont augmenté les postes des charges salariales et des charges externes. A cela ils ont ajouté une certaine opacité, car les salaires du CCAS sont en 2015 comptabilisés sous forme de subventions.

Les charges salariales sont des postes qui risquent d’obérer les finances de Vias pendant de longues années et compromettent gravement les possibilités d’investissement de la commune à terme.

La situation est encore plus préoccupante si l’on considère que la commune a signé (délibération du 31 mars 2016) une convention avec l’Etablissement Public Foncier du Languedoc Roussillon.

Au titre de cette convention, l’EPF-LR achète parcelles et biens immobiliers en lieu et place de la commune, pour lui permettre de mener à bien des projets de logements sociaux, par exemple, mais il est bien spécifié que la commune doit assurer le rachat de ses biens  au terme de 5 ans si les projets ne sont pas menés à bien, rachat augmenté de différents frais. Mais à VIAS nul ne sait quelles sont les parcelles, ni de quel projet elles sont le support ? Les parcelles ainsi acquises semblent dispersées sur le territoire de la commune et les opérations faisant l’objet de cette convention doivent comporter (selon les termes de la convention) entre 40 et 100% de logements sociaux.

Certains d’entre nous peuvent penser à la ZAC Font Longue, qui semble par ailleurs rencontrer de nombreuses difficultés, voir notre prochain article sur le sujet.

Beaucoup de zones d’ombre, une communication précaire sur le sujet sont pour nous une source d’inquiétudes.

Nous sommes placés dans l’obligation d’émettre des hypothèses…

Il serait important que la majorité municipale, dans un souci de transparence et de concertation, informe les viassois sur leurs choix  et quelles  sont leurs prévisions pour assurer la pérennité des finances de la commune.

La lecture des tableaux proposés par le site   http://www.collectivites-locales.gouv.fr/  laisse apparaître une très forte dégradation des capacités de financement par la commune, donc de moins en moins de possibilités de financer des investissements. Les « projets pharaoniques » de la majorité municipale (votés en Autorisation de Programmes le 31 mars 2016) ne peuvent se faire que par le recours massif à l’emprunt. Il n’est pas sûr que les banques suivent, il est très incertain (pour ne pas dire illusoire) que des partenaires privés se manifestent (voir notre article évoquant le financement du port d’Agde). Et les moyens de la commune se réduisent tous les ans : seulement 771 000 € de fonds de roulement, fin 2015, alors que fin 2013, ces fonds étaient de 1 784 000 €.

Et dire que nous pouvons toujours lire sur le programme de l’Union Viassoise (document à conserver précieusement) : « Tous les projets s’étaleront dans le temps puisque nous gérerons la ville avec les moyens disponibles »

Source : http://www.collectivites-locales.gouv.fr/

·       Dans la baisse de dotation de 1 275 K€ entre 2013 et 2015 sont inclus 997 429 € de Dotation de Solidarité Urbaine qui avait été attribuée à partir de 2010 parce que la commune de Vias était en grande difficulté financière. Elle devait être progressivement supprimée dès que la situation financière serait rééquilibrée et dans tous les cas à partir de 2014 indépendamment de la politique gouvernementale.

6/10/2016

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à VIAS, où vas-tu ?

  1. Le BEFFROI dit :

    La vue que j’ai du village depuis mon perchoir n’est pas réjouissante. VIAS ne semble plus ou il va et il apparaît à la lecture de ce texte que la seule certitude de cette aventure est que la fin de la partie risque d’être sifflée rapidement pour cause d’insolvabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.