Dette et Démocratie …

Un article récent de VmV concernant l’endettement de la commune de Vias a précédé une publication (source JDN) sur la page de « T’es de Vias si ». Cette dernière confirme bien la situation financière très inquiétante de notre commune. La réponse d’une adjointe qui se veut rassurante précise que notre station littorale, par son économie touristique, mérite des investissements pour continuer à être attrayante. Jusque-là, il n’y a rien à dire. Effectivement, entreprendre des rénovations, rendre la commune plus agréable, plus vivante, plus accessible, était nécessaire pour les Viassois(e)s, les vacanciers et indispensable pour se projeter vers l’avenir. On pourrait dire que Vias est une commune partagée : il y a Vias, la ville ancienne et Farinette, la partie située au sud du canal du Midi qui a connu une extension démesurée depuis un peu plus d’une trentaine d’années, mais ce n’est pas tout : Vias est fractionnée en 3 car il y a aussi la Côte Ouest où de nombreuses inquiétudes, néanmoins prévisibles, relèvent du casse-tête chinois et pour lequel bien malin sera celui qui détient la solution miracle. Trois entités, trois populations et trois nécessités criantes qui ne demandent qu’à être considérées toutes avec le même égard. Voilà, donc un village avec plus de 6000 âmes qui va se retrouver à devoir payer une dette colossale, mais dont la plupart des contribuables sont, sinon indifférents, en tout cas, bien loin de profiter à plein temps des infrastructures surdimensionnées qui sont réaliséees, notamment Avenue de la Méditerranée. De plus, la capacité d’accueil qui avoisine les 60 000 personnes n’est pas extensible à souhait et donc restera identique. Alors à qui et à quoi sert cette démesure ?


A Vias, la Halle des Sports sera sans doute plébiscitée, elle était souhaitée et prévue par tous les candidats aux municipales. Mais à part cette belle réussite, la commune demeure en l’état et les investissements faits à Farinette vont bien compromettre les différents projets d’urbanisme indispensables. Bien courageux sera celle ou celui qui se hasardera à prendre la relève ou bien, elle ou il, devra bénéficier d’une certaine confiance et compréhension de la population… Qui pouvait s’attendre à un tel héritage ? D’autant que les chiffres d’endettement sont ceux de 2017 et que nous ne savons pas encore ce que sera la suite… Pourtant, l’administration territoriale de la République dans la loi précise que « le droit des habitants de la commune à être informés des affaires de celle-ci et à être consultés sur les décisions qui les concernent est un principe essentiel de la démocratie locale ». Comme dit plus haut, beaucoup de travaux sont nécessaires à Vias, Farinette et Côte Ouest, mais le citoyen contribuable a de plus en plus le sentiment de  ne servir que tôt ou tard à devoir payer la facture, pour ce qui est d’être consulté et pour l’avoir été une seule fois, chacun a en mémoire ce qui a suivi. Comme disait Tocqueville : « On ne peut pas croire qu’un gouvernement énergique et sage puisse sortir des suffrages d’un peuple de serviteurs »…17/11/2018

 

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Les « chiffres nouveaux » sont arrivés

Les chiffres officiels de l’année 2017 sont enfin parus.

Vias confirme toutes les positions que nous avions déjà annoncées ….

La dette au 31 décembre 2017 s’élève à 12 621 000 euros soit 2 260 euros par habitants de Vias.

Pour mémoire à fin 2014 la dette s’élevait à 4 341 000 euros soit 799 euros par habitants de Vias.

Dans la même période l’endettement moyen par habitant des villes de 5 000 à 10 000 habitants passait de 870 euros à 860 euros.

Alors que partout en France le mot d’ordre impératif est de réduire la dette publique les élu(e)s de la majorité municipale multiplient la dette de la ville par 3.

Et ce n’est pas fini……

Pour accéder aux chiffres : https://www.collectivites-locales.gouv.fr/  (Sur le site sélectionner Compte individuel des collectivités, ensuite 34  (Hérault) ; la lettre V ; puis Vias et enfin Vias (Budget seul)).

8/10/2018

Publié dans Non classé | 7 commentaires

Dette de la commune de Vias

Commune de Vias

12 691 380 €uros

(douze Millions six cent quatre-vingt-onze Mille trois cent quatre-vingt )

Au 31 / 12 / 2017

C’est le chiffre de dettes financières à long terme de la commune de Vias

Publié dans Non classé | 5 commentaires

Gens du voyage : une 2ème aire de grand passage … où ?

A Bessan et à seulement 1,5 Km de celle de Vias  !

Lors de la réunion de l’agglo Hérault-Méditerranée, le 26 Mars dernier, décision a été prise de créer une seconde aire* de grand passage pour les gens du voyage au lieu-dit « Prat crassous », à la limite des communes Bessan-Vias. Accueil de 200 caravanes sur un terrain de 11,5 hectares ; coût des travaux 596 616€ HT. Le site devrait être opérationnel à l’été 2018.

Voici des extraits des prises de position lors de cette réunion, extraits relevés dans la Presse locale. « …Richard Monedero, conseiller communautaire d’opposition regrette en effet que l’emplacement de cette troisième aire d’accueil *  » ne soit pas judicieux. C’est bien de résoudre cette question, mais cette aire sera à peine à 1 500m de l’aire de Vias, soit 300 caravanes dans un périmètre restreint. »  » Votre intervention est culottée, Richard, lui a rétorqué du tac au tac Jordan Dartier, son successeur à la mairie de Vias. Le problème, c’est surtout le positionnement de l’aire de Vias, que vous avez autorisé lorsque vous étiez maire …  » ( in Midi Libre du 28 Mars 2018).

Deux jours plus tard, Richard Monedero utilisant son droit de réponse précisait que l’implantation de l’aire de grand passage à Vias relevait à juste titre d’une décision prise par son prédécesseur à la mairie.

La concentration de deux aires de grand passage des gens du voyage dans le périmètre de Vias interpelle ; l’agglo Hérault-Méditerranée regroupe en effet 20 communes mais la répartition géographique de ces aires apparaît pour le moins très déséquilibrée…

Sur ce sujet très sensible, à aucun moment la population concernée n’a été ni consultée ni même informée du projet !

* A Agde, à proximité de l’ancien incinérateur, une aire permanente accueille un nombre réduit de caravanes des gens du voyage.

11/06/2018

Publié dans Non classé | Un commentaire

Ça aussi, ils l’ont fait …

Publié dans Non classé | Un commentaire

Et oui, ils l’ont fait

Publié dans Non classé | 2 commentaires

brève du jour

 

Publié dans Non classé | 5 commentaires

Et si nous parlions un peu finances communales …

Laissons de côté l’ironie mordante, la moquerie acide et l’humour caustique que nous employons souvent à VmV pour vous informer et critiquer les actions de la majorité municipale actuelle. Cela nous vaut, de la part de certains supporters inconditionnels du maire, des agressions, des insultes sur la page facebook jusqu’à être traités de « séniles » et même de « touristes » ! Ce qui est un comble quand tout le monde sait pertinemment que l’économie de la ville est essentiellement le tourisme. Mais, bon, ne nous mettons pas au niveau de ces quelques personnages qui n’ont jamais le moindre argument construit pour défendre cette brave majorité qui est à la fois silencieuse, unanime et irresponsable.

Occupons-nous des finances de la commune. Nous allons vous montrer l’état des finances de Vias en vous informant sur une période de plusieurs années, en fait de 2008 à 2017. Et nous allons nous centrer sur la situation de la dette communale.

Petit rappel de comptabilité publique : le budget de la commune est composé de deux sections, l’une de fonctionnement, l’autre dite d’investissement. Le fonctionnement comporte toutes les dépenses liées aux salaires, aux consommations d’eau, d’électricité, de papier (et nous à Vias, pour la com’ de la majorité municipale, il en faut du papier glacé en quadrichromie !), le téléphone etc etc…  Pour 2018, cette section se monte à 9, 570 millions d’Euros, nous y reviendrons à un autre moment. Pour l’investissement, ce sont tous les projets qui vont rester comme les voiries, les constructions. Cette section peut comporter des emprunts pour équilibrer dépenses et recettes. Pour 2018, ce ne sont pas moins de 10,119 millions d’Euros qui  sont prévus dont 8,900 millions d’Euros d’emprunts !!!  Heureusement que ce sont des emprunts virtuels (dits d’équilibre) mais pour mener à bien certains projets de la majorité municipale, il va bien falloir emprunter. En 2017, cette majorité municipale a voté unanimement (4,108)* 3,700 millions d’Euros d’emprunts. Et les emprunts, tout le monde sait ça, il faut les rembourser sur plusieurs années. Pour Vias, les emprunts souscrits en 2017 vont courir jusqu’en 2038, donc ils vont endetter la commune pendant 20 ans.

Revenons sur le passé financier de Vias. Il faut toujours se référer à l’histoire pour ne pas répéter les erreurs.

En 2008, « l’encours de la dette » était de 6,656 millions d’Euros. Cela signifie en clair que la commune devait cette somme aux banques ; par habitant cela représentait 1325 euros. C’étaient des emprunts souscrits par l’ancienne municipalité battue aux élections de 2008. Le Préfet de l’époque  avait enjoint au nouveau maire, élu donc en 2008, de redresser les comptes de la commune. Déjà, la mise sous tutelle n’était pas loin.

C’est donc grâce à la municipalité de M Monédéro, et à sa gestion responsable, qu’au fil des ans l’encours de la dette a baissé régulièrement : 5,2 millions d’euros en 2011, 4,2 millions en 2013 et enfin, 3,8 millions d’euros en 2015 (ce qui représentait 709 euros par habitant).

Et avec la nouvelle municipalité, élue en 2014, nous sommes revenus à 6,172 millions d’euros en fin 2016. Si on ajoute la somme empruntée en 2017 : +3,7 millions d’euros, qu’on retranche l’annuité de remboursement : environ -500 000 euros, nous devrions avoir une dette, fin 2017, atteignant quand même le record historique de plus de 9 millions d’euros ! (Ce qui représenterait plus de 1600€ par habitant). Du jamais vu à Vias car le précédent record était de 7,145 millions d’euros en 2007 …

Et nous ne parlerons pas de la situation du fonds de roulement (l’argent en caisse à un instant “T”) : -513 000 euros fin 2016 (vous avez bien lu : le fonds de roulement est négatif) contre +3 968 000 euros fin 2014.

Inutile de faire des discours avec effets de manche et trémolo dans la voix : la réalité est catastrophique. Un de ces jours, le préfet va siffler la fin de la récréation et cela va faire drôle, aux supporters inconditionnels de la majorité municipale peut-être, au contribuable viassois sûrement.

(Tous ces chiffres sont extraits du site officiel du ministère de l’économie sur les finances des collectivités locales https://www.impots.gouv.fr/cll/zf1/communegfp/flux.ex?_flowExecutionKey=e1s4&_eventId=chiffrescles&critereDeSelection.nomCol=VIAS )

(08/02/2018)

Publié dans Non classé | 15 commentaires

Hommage à Daniel Dussutour

20170109-cave_cooperative_danieldusssutourHier, très nombreux étaient les ami(e)s et proches de Daniel Dussutour à venir soutenir sa famille et l’accompagner vers sa dernière demeure. C’est Jean-Louis Cuq, ami de toute une vie et sous le coup de cette brutale disparition qui a eu la lourde tâche, malgré son immense tristesse, d’évoquer en quelques mots la vie de Daniel. Il a bien voulu nous confier son hommage et accepté que nous le publiions.

« A Daniel, le papa, l’ami.

Il est bien difficile d’évoquer en quelques mots la vie de Daniel tant elle fut riche à bien des égards. C’est de mémoire, sans référence précise, que je vais maintenant retracer certains de ses parcours, de ses activités et de son caractère. 

C’est dans sa grande maison familiale de Vias, dans laquelle il a toujours vécu, qu’il passa une jeunesse heureuse. Sa maman Marie-Louise, son papa Roger, sa tante Jeanne veillaient avec amour à son éducation. Son papa travaillait à Béziers et faisait le trajet matin, midi et soir au volant d’une Dauphine. De là naquit en grande partie son intérêt pour les voitures. Les dimanches, Roger nous amenait voir jouer l’ASB à Sauclières, ou encore visiter le port de Sète et ses bateaux en transit, et bien d’autres choses encore qui éveillaient notre curiosité. En septembre 1959, après une visite de Lourdes, il nous fit découvrir les Pyrénées et ses magnifiques cols que la Dauphine grimpait vaillamment. L’amour et le respect que Daniel portait à sa famille étaient exemplaires. Son papa Roger disparut très jeune ; Daniel veilla alors avec grand soin sur sa maman Marie-Louise et sur sa tante Jeanne.

En quelques mots, quelle fut sa vie professionnelle ? Après de brillantes études, il devint œnologue et travailla dans l’entreprise de vente de vins Skalli à Sète. Il faisait tous les jours les trajets. Ayant envie d’une vie active d’avantage en rapport avec ses aspirations, il intégra, après concours, les services de la Direction Générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes. Affecté à Montpellier, ses connaissances techniques, historiques, mécaniques de l’automobile ayant été rapidement identifiées, il fut, entre autres, chargé de gérer tout ce qui dans son service concernait l’automobile au sens le plus large du terme. Daniel était un homme de dossiers qu’il constituait avec intelligence, rigueur et efficacité mais aussi un homme largement ouvert à la discussion.

Sérieux, méticuleux, travailleur souvent acharné, Daniel a été très apprécié par ses collègues de travail.

Il habitait un petit appartement à Montpellier mais faisait très souvent le trajet, en train ou en voiture, Montpellier-Vias. C’est ainsi qu’il amena la Renault 21, achetée avec un faible kilométrage à un de mes collègues de l‘Université, à plus de 500 000 km.

Pendant de nombreuses années, il a passé ses vacances d’été dans une caravane qu’il installait sur son terrain en bord de mer tout près du Libron, caravane qu’il y amenait avec son tracteur. Il y invitait ses amis à des grillades et leur proposait, avec son bateau, des promenades en mer ou sur le Libron.

Quels sont les traits de caractère qui transparaissaient chez Daniel ?

A n’en pas douter, Daniel était un passionné.

Passionné par les voitures (Renault surtout), passion qu’il amplifia au contact de son ami René Briffa, longtemps garagiste. Il animait des associations de propriétaires de véhicules anciens. Sa collection de voitures et d’un autocar est impressionnante. Il a conservé les Dauphines et la R8 de son papa, a acquis une R8 Gordini et une magnifique Berlinette Gordini. Pour son usage quotidien il utilisait une Super 5 ou la R21 blanche aux 500 000 kilomètres.

Passionné par les transports ferroviaires. Il était engagé activement dans des actions d’opposition à la fermeture de gares, de lignes.

Viassois de cœur, il se sentait profondément concerné par tout ce qui fait la vie du village. Entre autres dossiers on peut évoquer:

–       La construction du rond-point à l’entrée du village voilà déjà plus de 20 ans. Il s’opposa à l’abattage des magnifiques platanes plus que centenaires qui marquaient l’entrée du cours complémentaire en proposant, avec la validation par les services de la Direction départementale de l’équipement une alternative de conception du rond-point qui permettait de conserver ces arbres riches d’histoires.  Action sans suite, les arbres ont disparu.

Parmi ses autres préoccupations comment ne pas évoquer

–       Farinette (Vias plage), la côte ouest, l’aménagement littoral, l’érosion

–       L’aménagement des halles, de l’environnement autour de l’église Saint Jean-Baptiste.

–       La viticulture à la base de l’économie de notre village voilà plus d’un siècle. Il avait été élu président de la cave coopérative et la diminution inéluctable de la production ne cessait de le préoccuper. Il faisait tout pour conserver la coopé de Vias.

Toujours respectueux dans ses engagements, Daniel était un travailleur acharné.

Attaché aux valeurs humaines et au respect des règles, d’une grande gentillesse, serviable, réservé, secret, Daniel a toujours été fidèle en amitié.

Daniel était profondément attaché à son passé et à l’histoire.

Daniel gérait par ailleurs avec compétence de nombreux biens patrimoniaux.

La brutalité de la disparition de Daniel nous laisse abasourdis et constitue un grand vide. 

A sa fille, à tous les siens, je présente mes plus sincères condoléances.

Adieu Daniel, repose en paix. »

Jean-Louis CUQ

La cérémonie s’est terminée au son des paroles de la chanson de Serge Lama, la préférée de Daniel  « Et puis, on s’aperçoit » qui se termine par  « …. Alors, on meurt n’importe quand… »

Vias – Chambre funéraire le 6 janvier 2017

L

Publié dans Non classé | 11 commentaires

Carnaval es arribat (carnaval est arrivé)

Carnaval 2019, avec ses nouveautés et ses rituels a été un bon cru.

C’est devant une foule nombreuse, que l’ouverture du carnaval 2019 a été déclarée, en présence de nos majorettes, des Festa Fabo et de nos deux poulains. Une farandole générale autour de nos animaux totémiques ainsi qu’un apéro offert par les amis du carnaval,ont clôturé cette première soirée.

La journée du vendredi 8 mars fut réservée aux enfants. Une nouveauté cette année, en fin de matinée, a eu lieu la buffetière des pitchous, suivie du poulain des enfants. Quoique peu nombreux pour une première fois, ce fut un plaisir de voir ces bouts de choux dont certains avaient à peine 3 ans, suivre la petite meneuse tirée au sort. L’après-midi fut comme d’habitude l’occasion pour nos petits viassois de se déguiser pour défiler ou jouer sur les structures gonflables.

En fin d’après-midi, les cris joyeux de tous ces enfants ont fait place vers 19 h, à la sortie du Tamarou, bête imaginaire créée depuis l’an dernier par les amis du carnaval. A noter à cette occasion le retour de notre traditionnelle échelle, tombée dans l’oubli depuis quelques années et qui faisait autrefois, partie intégrante du carnaval tout comme le poulain et la buffetière. Ce curieux attelage a accompagné la «bête féroce» à travers les rues étroites  du village jusqu’à environ 21h. Le bal a pris le relais sur la place du 14 juillet noire de monde jusqu’à un peu plus de minuit.

Samedi est enfin arrivé avec sa traditionnelle buffetière adulte formant un serpentin humain rouge et blanc , sautillant au rythme des claquements de tapettes et suivi de notre poulain, refait de neuf cette année. Le cortège de l’après-midi, était formé comme chaque année de nombreuses «bandes» faisant preuve d’imagination et d’originalité, défilant soit sur des chars, soit sur des créations éphémères soit tout simplement à pied. Beaucoup de participants encore une fois ont accompagné Monsieur Carnaval à son bûcher et l’on pouvait lire sur les visages, non seulement la fatigue mais aussi la tristesse de voir bientôt se terminer le carnaval 2019… ils allaient quand même, faire encore la fête sur la place jusqu’au milieu de la nuit !!!!

CARNAVAL  S ‘ES FORT PLAN PASSAT

Notre carnaval s’est très bien passé, il n’y a pas eu de problèmes particuliers, un grand merci aux organisateurs, aux porteurs du poulain, aux personnes qui les ont aidés dans l’ombre et à tous les participants.

Toutefois, peut-être serait il bon pour les années à venir de régler autour d’une table, quelques soucis récurrents qui provoquent de petites tensions qui pourraient être ainsi évitées.

.     1) Deux arrêts faisant partie du carnaval, semblent occasionner une gêne. Le premier le matin, rue de Verdun (par pure tradition) et le second l’après midi sur le boulevard (par pur souci d’équité avec les autres bars). Pourquoi pas, en discuter et instaurer  un temps de pause qui permettrait de rester ensemble sans provoquer une rupture de la buffetière ou du défilé?

2) Pour éviter que les rues adjacentes à la place du 14 juillet ne se transforment en urinoirs engendrant des bagarres, pourquoi ne pas installer deux ou trois WC publics, comme cela se fait dans d’autres communes.

Les derniers mots seront pour féliciter encore une fois les jeunes participants aussi bien du petit poulain que ceux de la buffetière des pitchous. Merci aux mamans qui ont joué le jeu, mais quel dommage que,sans doute par manque d’informations, personne du service de la communication n’ait immortalisé ce beau spectacle.On pouvait lire sur les visages rayonnants aussi bien ceux des  mamans que ceux des enfants, la fierté d’être prêts à prendre la relève.

Rendez vous à tous pour le carnaval 2020    

A  L ‘AN QUE VEN !

Publié dans Non classé | Un commentaire

Aimez-moi !!!

Il est fort probable que de nombreux viassois aient été, comme nous-mêmes, « sondés » récemment par téléphone. Une épreuve rendue particulièrement pénible par l’exécrable qualité du son. Entre crachotis, coupures et friture …  le futur sondé a plus d’une fois la furieuse envie de raccrocher ne serait-ce que pour reposer ses oreilles.

Mais mettons-nous à la place du vaillant sondé qui persiste et entreprend de répondre, avec l’honnêteté du bon citoyen, et la fierté de faire partie de ceux « dont l’avis aura compté » !

Vous aurez donc à souhait, l’occasion de dire votre sentiment profond sur la gestion de la ville, les projets engagés, ceux à venir et finalement sur le charisme, la probité et la compétence de notre premier magistrat lui-même (béni soit-il, comme dirait « lo cigal »)

Gageons que cet appel aura généré plus d’un cri d’amour déchirant, accompagné naturellement par son cortège de râleries d’électeurs déçus, inquiets ou désabusés.

Mais laissons donc ces détails pour revenir à l’essentiel : Notre maire adoré semble disposé à fourbir ses armes, ses projets et ses arguments pour la prochaine campagne électorale. Voilà qui est fort bien, mais ne faudrait-il pas s’alarmer du fait que cette partie de la campagne soit financée sur … les deniers publics, déjà bien mis à mal par une gestion débridée ?

Et là, on aime déjà moins …

Publié dans Non classé | 6 commentaires

Soyons Clairs !

Il est commun de dire, en politique surtout : « les chiffres, on leur fait dire ce qu’on veut » ! Oui  certes, mais encore faut-il que les chiffres aient une certaine cohérence entre eux. Mentir à la population n’est pas illégal mais immoral.

Quand le Maire de Vias M Jordan DARTIER affirme, lors de son discours à l’occasion des vœux de la majorité municipale, à la population Viassoise, le vendredi 18 janvier 2019 que sur 21 Millions d’euros d’investissements structurants, seulement 4 millions d’euros ont été empruntés, à Vias Mon Village nous nous interrogeons. Une chose est sûre, il semble ne nous informer que d’une partie de la vérité. Dans quel but ??

En réalité, c’est un fait indiscutable : les comptes vérifiables du Trésor Public font apparaître au 31 décembre 2017 un endettement total cumulé supérieur à 12.6 Millions d’euros pour la commune de Vias.

A titre d’information, VIAS Mon Village vous communique ci-dessous le montant de chacun des 7 prêts souscrits par la commune depuis 2015 sous le mandat de Jordan DARTIER.

Date de souscription           Banque                                        Montant

  • 30/11/2015                  Crédit Agricole                               282 622.00
  • 18/06/2016                 Crédit Agricole                            1 000 000.00
  • 28/11/2016                  Caisse Dépôts et Cons.                  318 333.00
  • 18/12/2016                  Caisse Dépôts et Cons.               1 086 171.00
  • 16/12/2016                  Caisse Dépôts et Cons.               2 578 826.00
  • 16/12/2016                  Caisse Dépôts et Cons                   549 825.00
  • 08/12/2017                 Banque Postale                            2 000 000.00

Soit un total au 31 décembre 2017 de                       7 815 677.00

Près de 8 Millions d’euros d’emprunts souscrits au 31 décembre 2017 et identifiés par Vias Mon Village viennent s’ajouter aux précédents.

L’opacité des comptes de la commune ne nous permet pas de dire avec certitude que ses engagements s’arrêteront à ce montant.

Les Chiffres du Trésor Public sont encore supérieurs puisque l’endettement de Vias auprès des banques est passé de 3 881 000 d’euros au 31 décembre 2015 à 12 621 000 d’euros au 31 décembre 2017.

Monsieur le Maire doit tout expliquer et le démontrer à ses administrés avec preuves à l’appui. Quand sera-t-il prêt à le faire ????

25/1/2019

 

Publié dans Non classé | Un commentaire

Nouvelle station, nouveaux horizons

C’est avec ce titre que Monsieur le Maire et les élus de la majorité nous invitent à la cérémonie des vœux pour l’année 2019. Certes, Monsieur le Maire va nous exprimer sa grande fierté d’avoir su dynamiser, transformer … notre beau village de Vias avec une JUSTE maîtrise du budget et nous lui laissons la parole ce vendredi 18 janvier 2019.

Nous voudrions juste attirer votre attention : entre deux petits fours, restez sur vos gardes car le discours de Monsieur le Maire sera comme les croquis des architectes : non contractuel. Comme dans le magazine municipal on embellit la mariée, et on cache la misère sous le tapis.

Regardez la belle image virtuelle et idéaliste qui sert de support à cette invitation : un beau dessin de perspective (oh ce n’est pas écrit mais il n’est pas contractuel!!)

Alors observez si vous n’êtes pas allés à Vias Plage cet été : vous pourriez croire que cet espace est piétonnier mais pas du tout. Nous pouvons vous affirmer que cette route fut le lieu de bouchons de voitures, de camions, de caravanes, bouchons quotidiens pour ne pas dire permanents cet été 2018. Toutes les voitures qui se dirigent sur Farinette sont obligées de l’emprunter.

Se rendre à la plage, au marché paysan à vélo avec enfants ou petits enfants relevait de funambulisme et bien sûr, le retour était, soit pédestre en poussant son vélo, soit démesurément dangereux en empruntant le sens unique des voitures. Alors pourquoi nous faire croire à un espace piéton ?

Et regardez bien tous ces magasins côté gauche, ils n’en avait jamais été question lors des différentes présentations faites par Monsieur le Maire et l’architecte de cette réalisation. Ils n’ont jamais été mentionnés, peut-être parce qu’il s’agit d’une initiative privée !

Et souvenez vous encore, lors de la présentation du projet, ce réaménagement se faisait en 3 tranches en commençant par le secteur de l’office du tourisme. Puis, (les études ne doivent pas coûter cher) on nous a représenté un autre projet en 5 tranches et qui cette fois commençait par le secteur « gendarmerie/parking » Alors là aussi pourquoi nous cacher ce projet de commerces ?

Finalement on peut se demander : où est la vérité ?

Publié dans Non classé | 2 commentaires

2020, année élective ♪ ♫

 

Janvier, sous prétexte des voeux, les premières agapes électorales s’invitent.

2019 est l’année qui prépare les prochaines élections municipales.

 

Lors du dernier Conseil Municipal, Monsieur le Maire a déclaré que 2019 verrait une pause pour les grands travaux dans la commune…mais à la lecture du budget, durant cette même séance du Conseil Municipal, celui-ci ne traduit pas réellement cette intention (près de 7 millions d’euros de nouveaux emprunts y sont inscrits).

Sur ce même budget 2019, un poste des charges de fonctionnement mérite une attention particulière:  c’est celui des Fêtes et Cérémonies.

Nous relevons, pour l’année 2019, que ce poste progresse de plus de 40%  par rapport à 2018 et s’élève à la «modique» somme globale pour la commune de Vias de 312 000 € ???  Ce qui revient à 60 € par habitant, les contribuables Viassois apprécieront.

Rappelons, pour mémoire, qu’en 2013,  lors du dernier exercice préélectoral, sous la mandature de Richard MONEDERO, le même poste comptable était légèrement supérieur à 106 000 €, le repas des anciens, alors gratuit pour tous, était inclus dans ce chiffre….

16/1/2019

 

Publié dans Non classé | 7 commentaires

A QUI DE CHOISIR ?

Vous les avez forcément vues, et vous risquez de les voir de plus en plus. Je veux parler de ces engins de levage, vulgairement appelées « grues ». Signe évident de bonne santé dans le bâtiment, et comme on dit : «quand le bâtiment va, tout va».

Oui, sauf que là, ça va … rudement vite. On ne parle pas ici des travaux entrepris par la municipalité pour le bien public : salle des sports, avenue de la mer, Halle de Vias. Là, elle oeuvre pour le bien de tous. Nous parlons ici des terrains ou des bâtis cédés, sans grand bénéfice, à des bétonneurs qui vont multiplier les logements sur Vias.

Que ce soit l’ancienne station-service Douzal, la poste, le Régency (où la tour de 17m de haut initialement prévue semble déjà avoir du plomb dans l’aile), les tennis et j’en passe, Vias va, sous peu, voir se multiplier nombre de logements (on parle de près de 150 ou plus ?), qui, multipliés par 3 ou 4 personnes minimum vont venir agrandir la population viassoise.

Notre village est-il prêt à accueillir ces centaines de personnes supplémentaires. Et sur quels critères ces futurs nouveaux viassois seront-ils choisis ? Certains avancent déjà, mais sans certitude,  que Vias permettrait ainsi à Agde de vider le quartier de la Glacière..

A-t-on consulté les Viassois pour savoir s’ils étaient d’accord pour voir leur « encore petit village » se transformer en mini-cité de banlieue ?

Avons-nous envie de voir notre village se transformer de manière aussi radicale ?

La municipalité pleine d’entrain aurait pu s’interroger, ou mieux – en cette période de réflexion sur la participation du peuple à la vie politique – NOUS interroger sur notre enchantement à subir les nuisances d’une telle croissance de la population.

Et cela dans quel but ? Certes, la vente des dernières « pépites » du village rapportera quelques sous à un budget municipal déjà sous respiration artificielle, mais ce maigre « pactole » gagné sur les ventes, ne compensera jamais le coût des infrastructures nécessaires à l’accueil d’une telle population (voirie, école, cantine, eau, électricité …)

Nous y serons encore de perte, mais ça se verra plus tard …

Et à ce propos, n’avez-vous pas l’impression qu’on est en train de nous rejouer en version locale le grand fiasco des autoroutes ? (Vous savez, les autoroutes payées avec nos impôts et vendues au privé qui maintenant continue à faire nos poches – et en raclant bien le fond – juste histoire de gaver Vinci, Eiffage et la SANEF et leur flopée d’actionnaires ?)

Bref, avec cette profusion de locaux, les seuls gagnants seront, encore une fois, les entreprises privées qui bâtissent et celles qui gèreront les locations. Le Viassois n’y trouvera jamais son compte, et subira seul les inconvénients de la surpopulation. On dit merci qui ?

13/1/2019

 

Publié dans Non classé | 4 commentaires

Similitudes

Sous l’ancien régime dans sa grande magnanimité, Louis XVI, alors que la France traverse une crise difficile, demande que « jusque sur les terres les plus éloignées de son royaume, et dans les plus modestes habitations, soit donné à chacun le moyen de Lui faire parvenir ses vœux et recommandations. ». Les cahiers de doléances sont nés, ils vont permettre au tiers-état (le peuple) de réclamer de limiter le pouvoir du roi, l’égalité devant l’impôt et devant la justice et une constitution respectant les libertés de chacun (et oui déjà …)
Deux cent trente ans plus tard, le gouvernement d’aujourd’hui qui n’a pas pris la mesure de la situation difficile d’une grande partie des concitoyen(ne)s rencontre les mêmes difficultés à répondre d’une façon juste, équitable et efficace à la crise que rencontre notre pays. Entendant la colère légitime du petit peuple, le pouvoir actuel lui ressort les fameux cahiers de doléances qui ont accompagné jadis une certaine révolution et le roi à une fin tragique et barbare.
Quelles sont les revendications des Gilets Jaunes et plus largement des français(e)s ?
Elles dépassent désormais le seul prix du carburant qui a été l’élément déclencheur de la contestation. Ainsi on y trouve notamment des exigences « nationales » pour plus de justice sociale avec la hausse du SMIC, des salaires indexés suivant l’inflation et la fixation d’un seuil maximum pour les salaires élevés, le zéro SDF, la progressivité devant l’impôt (solliciter les plus riches), le retour à la retraite à 60 ans et sa revalorisation, la fin du travail détaché (même salaire et droits sur le territoire pour toutes et tous et même cotisation pour tous les employeurs), la fin du CICE, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, le rétablissement de l’ISF, l’augmentation des allocations handicapé(e)s, l’encadrement du prix des loyers, l’interdiction des délocalisations, la fin de la hausse des taxes sur les carburants et de l’exonération sur le fuel maritime et le kérosène, l’entretien des routes et des autoroutes financé par les péages d’autoroute, le ferroutage, la défense du service public.
Sur ces contestations, nous conviendrons que l’élu local, le Maire et son Conseil Municipal en l’occurrence, n’ont pas l’ombre d’une responsabilité. Oui mais voilà, sur bien d’autres elles se déclinent également au niveau local. Et là, inutile de dire que les Viassois(e)s n’ont pas de difficultés à trouver des similitudes entre les deux situations nationale et locale engendrées par la même arrogance et méprisante prétendue légitimité qui règne en maître depuis d’un côté les présidentielles et de l’autres les municipales. Ainsi en référence aux insatisfactions qui engendrent la colère nationale, on trouve également : favoriser les petits commerces dans les villages et les centres villes, interdire de vendre des biens publics, encadrer le prix de l’eau, du gaz, de l’électricité et le maintien ou le retour de ses services au domaine public, le maintien des gares, des bureaux de poste, le développement des infrastructures dédiés aux vélos et des transports en commun, le salaire médian et la transparence financière pour les élus, le non cumul des mandats, le Référendum d’Initiative Populaire. Autant de sujets qui, à Vias, ont permis à notre majorité municipale de dilapider des biens publics, de s’endetter de façon extrême et de ne même pas respecter le seul référendum qu’elle a mis en place.
A Vias, le cahier de doléances est disponible à la mairie. Les contribuables qui rencontrent quotidiennement des difficultés, celles et ceux qui, pour une large majorité soutiennent ce mouvement de contestation, celles et ceux qui ont soif de justice et d’équité, celles et ceux qui ressentent durement les errements comptables, démocratiques et stratégiques de nos élus locaux du fait de l’augmentation du prix de l’eau, de la cantine, de la téléalarme, du centre aéré, de l’abandon des services de nettoiement, du coûteux bétonnage de la commune, etc.., sauront trouver qu’entre le niveau national et le niveau local toute ressemblance n’est pas fortuite du tout….

11/1/2019

Publié dans Non classé | 3 commentaires

Lettre ouverte à M le Maire

Lettre ouverte à Monsieur Jordan DARTIER, Maire de VIAS.

Monsieur le Maire,

Le 5 décembre, lors de la réunion d’information sur les services de l’eau, à L’ARDAILLON, vous êtes intervenu pour répondre à de nombreuses questions auxquelles les intervenants de SUEZ ne possédaient pas les éléments de réponses.

Citant notamment le cas des campings, cas que vous n’avez vous-même en aucun moment abordé.

Vous m’avez interrompu lors de ma prise de parole prétextant une pratique de politique dont ce n’était pas le lieu.

Pourtant, Monsieur le Maire, non seulement c’était le lieu mais vous-même, en invoquant une obligation qui vous avez été faite par la loi NOTRe, aviez amené le débat au plan politique.

Monsieur le Maire, c’est bien par un acte politique que vous avez engagé la commune et créé ainsi la situation qui était l’objet du débat ce soir-là.

La décision que le Conseil Municipal a prise à votre initiative, de remettre les clés du service de l’eau de la commune entre les mains du SBL et de L’AGGLO, est la cause initiale de la situation d’aujourd’hui.

Pourquoi avez-vous pris cette décision à la hâte ?

Pour être en conformité avec une loi que vous contestiez ?

Certes non, vous avez d’ailleurs démontré à de nombreuses reprises que vous saviez résister aux lois et directives qui vous dérangent.

Vous avez apporté au SBL et à L’AGGLO un service de l’eau qui fonctionnait à la satisfaction de tous les Viassois alors que, contrairement à vos affirmations, vous n’étiez pas placé dans cette obligation, si ce n’est par la pression exercée par l’Agglo Hérault Méditerranée.

 

Rappelons aussi qu’initialement la Loi NOTRe imposait le rattachement obligatoire au 1er janvier 2020, et qu’un amendement  en a repoussé la date limite au 1er janvier 2026.

 

Vous avez dit avoir opté pour l’adhésion au SBL pour satisfaire à la demande du SAGE qui souhaite, à juste titre, limiter les ponctions dans la nappe Astienne.

Et c’est bien ici que le bât blesse, cette adhésion, censée apporter la quiétude de l’approvisionnement en eau pour l’avenir de la commune de Vias, s’avère fort coûteuse pour les Viassoises et Viassois. I

D’autres solutions qui n’impliquaient pas ce coût supplémentaire existaient.

Vos conseillers municipaux de la majorité  et surtout vous-même avez   préféré mettre ce service entre les mains de tiers.

Il est vrai que votre gestion de la commune semble demander d’énormes moyens financiers, moyens financiers dont vous ne disposez pas pour le compte de la ville de VIAS. Quelle est votre solution ?

La régie de l’eau à Vias disposait de réserves financières non négligeables, de l’ordre de 2 millions d’€uros, qui par la dissolution de cette régie sont venues fort opportunément augmenter les recettes de la commune pour “boucler” le budget 2017. La contrepartie en est un endettement supplémentaire supérieur à 2 Millions.

Ce que les Viassois doivent savoir c’est que : si aujourd’hui les ménages Viassois, tous les ménages Viassois, ont vu leur facture d’eau augmenter fortement, c’est parce que, Monsieur le Maire et les conseillers de la majorité ont décidé, sans préparation, ni étude de faisabilité sérieuse de remettre le service de l’eau entre les mains du SBL et de l’AGGLO.

La Loi NOTRe que vous avez évoquée, maintes fois devant les viassoises et viassois ne fut en la circonstance qu’un prétexte pour vous.

Monsieur le Maire si vous aviez les mêmes aptitudes pour la gestion des affaires de la commune que celles que vous démontrez dans l’exercice oratoire et dans l’art de priver les opposants de paroles, vous seriez, Monsieur le Maire, plébiscité à la tête de la commune. Malheureusement il n’en est rien.

Jean Lou RAYMOND

A Vias le 08 janvier 2018

Publié dans Non classé | 4 commentaires

JOYEUX NOËL A TOUS

Publié dans Non classé | Un commentaire

Littoral Côte ouest : la catastrophe

Au niveau du GCU, sur 200m, la dune, le chemin de desserte et la clôture de ce camping ont été emportés par les derniers coups de mer …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En 2015, pour la première tranche de reconstitution du cordon dunaire, 60 000M3 de sable avaient été amenés du large. Coût: 7 900 000 Euros. Tout a quasiment disparu… Un gâchis financier !

Deux autres tranches de travaux sont programmées, jusqu’au Libron. Coût total validé de l’ensemble des trois tranches : 24 millions d’Euros !!!

Le plus grave reste à venir…
Le cordon dunaire détruit, la prochaine tempête pourrait provoquer une submersion de grande ampleur. Le risque est bien réel.
Alors que fait-on ???
A Vias, lors du dernier Conseil Municipal,  » l’Avis sur la stratégie régionale de la gestion intégrée du trait de côte 2018- 2050″ a recueilli un vote négatif.
Côte-Ouest : que fait-on ? la question est posée.
Les Viassois attendent la réponse..

19/12/2018

 

Publié dans Non classé | 12 commentaires